Valefor - Death Magick

VALEFOR
Death Magick

Cold Meat Industry, 1996

 

 

 

C'est dans l'obscurité la plus totale que l'on tente d'avancer dans les entrailles de ce « Death Magick » difficile d'accès. L'ambient industriel du baron Drakkheim Abaddon (alias Michael Ford, connu pour répandre diverses perversions auditives derrière les entités que sont, entre autres, Psychonaut 75 ou Black Funeral) est une expérience artistique qui aurait gagné à présenter des paysages plus variés, il en ressort néanmoins un climat globalement convaincant. Oppressant et minimaliste (à écouter de préférence à fort volume dans le noir complet !), cet album nous immerge au sein d'insondables ténèbres, on y devine parfois les bribes d'un rituel morbide et malsain, véhiculé par ces voix lugubres qui se dissimulent en quelque endroit où flottent les âmes damnées. Sur « Spells of Darkness and Death », c'est un lointain fantôme qui semble émaner de la gorge de Drakat la sorcière, avant que le titre suivant ne nous replonge sous des nappes sourdes et grésillantes.
Parue sur Death Factory, un sous-label de Cold Meat Industry, cette réalisation vous demandera un effort certain pour apprécier le parfum de néant qui s'en dégage.

      Gasp