TAT III – Testament

TAT III – Testament
Autoproduction, 2010
[Téléchargement libre]

 

Avec ce "Testament", troisième réalisation à l'actif de TAT, et peut-être la plus belle, nous voici légataires d'une pièce musicale tenant du poème mystique; ornements mystérieux à l'aune d'une clarté sans bornes pour le «parler» des émotions, lesquelles vont nous accompagner dès "The Warlike Days are over".
Guitare classique/folk, chant masculin élégant soutenant une mélodie qui semble venir de fort loin, tout s'annonce pour le mieux, et rien ne viendra effectivement démentir cette impression favorable qui s'apprête à en accueillir bien d'autres.
Comme un pont entre passé et présent, l'instrumentation à dominante acoustique (où peuvent s'incorporer des textures plus «orchestrales») offre çà et là quelques sonorités plus «electro» qui s'intègrent judicieusement à l'ensemble ("Requiem").
Si le maître de cérémonies articule toujours ces spoken-words obscurs qui tiennent davantage du murmure, son exercice du chant clair s'affirme à travers une tessiture qui imprègne l'esprit tel un subtil parfum. Les diverses manifestations vocales sont en tout cas une réussite et portent chaque titre vers ce dôme de lumière lentement absorbée par une masse plus sombre qui s'émaille de visions apocalyptiques ("La Fin des Temps").
On retrouve l'aura magnétique d'Esclarmonde (laquelle a quitté la formation) sur "La Vierge qui dort" parmi les participations artistiques dont TAT sait éclairer intelligemment ses travaux depuis le début; précisons que Le Chiffre (alias Cypher, ex-membre d'Omnicore) fait désormais partie intégrante de l'aventure.
Des mélodies proches du coeur et de l'âme, une atmosphère prenante et un ton parfois mélancolique, "Testament" sème ses énigmes dans les remous d'une terre «humaine», spirituelle et charnelle, qui nous transporte en de rares contrées, là où se joue une musique ésotérique se refusant à «tenir l'étiquette», et c'est tant mieux, tant les sentiments qu'elle soulève invitent à un perpétuel dépassement.

      Gasp