Sopor Aeternus - Es Reiten Die Toten So Schnell

Sopor aeternus es reiten die toten so schnell

SOPOR AETERNUS
Es Reiten Die Toten So Schnell
Apocalyptic Vision, 2002

 

 

Il est toujours difficile de juger un album par rapport à ses prédécesseurs quand ledit album est en fait la reprise de titres d’une démo datant de 1989  ; même si l’édifice a fait les frais d’un important ravalement. On devra donc patienter pour savoir si Anna-Varney a vaincu les démons qui risquaient peu à peu d’engluer sa musique dans une caricature d’elle-même. A trop pousser sa voix dans un larmoiement intempestif et ses compositions au-delà du morbide, “  Dead Lovers Sarabande  ” flirtait constamment avec le point de rupture, ce dernier explosant sur “  Songs from the inverted Womb  ”, qui finissait par faire ressembler Sopor Aeternus à une parodie de lui-même. L’escapade Nenia C’Alladhan aura visiblement ramener Anna-Varney à un peu plus de retenue et de sobriété. Le résultat en est donc cette relecture de vieux travaux qui nous réconcilie avec le gothique d’outre-tombe de la créature androgyne. Un parfait équilibre entre les titres lents empreints d’une profonde tristesse et des morceaux plus rythmés qui laissent entr’apercevoir, chose jusque-là improbable, un peu d’espoir au milieu d’une douce folie. Le tout est d’une beauté vénéneuse, compagne de la première heure, et d’une subtilité un temps égarée qui nous ramène vers le meilleur d’un univers aux accents médiévaux maintenant familiers et dont “  Es reiten die toten so schnell  ” nous rend encore plus dépendants.

      Brown Jenkin