Skinny Puppy - Remission

SKINNY PUPPY
Remission
Nettwerk, 1984

 

 

C’est en 1983 à Vancouver que cette formation mythique voit le jour à l’initiative de Cevin Key (Kevin Crompton) et de Nivek Ogre (Kevin Ogilvie). On trouve également dans la galaxie des Canadiens Dave Ogilvie (aucun lien de famille avec Nivek), leur producteur et ingénieur du son attitré, et Wilhelm Schroeder qui sous le nom de Bill Leeb s’en ira former Front Line Assembly.
Après une démo publiée l’année de leur naissance, "Back & Forth" , c’est en 1984 que sort le premier opus "Remission" (signalons que la version CD ne compte pas moins de cinq titres bonus). Dès cette attaque initiale Skinny Puppy fait preuve d’une maîtrise qui les classe d’emblée parmi les groupes les plus en vue de la scène électronique. Un univers sombre et torturé, des voix cauchemardesques trafiquées, des sons glauques et maladifs, on ne sort pas indemne de ce voyage halluciné aux portes de la folie. La haine explose, lames industrielles qui déchirent les chairs, nul espoir ne transpire de ces compositions, pourtant ce n’est rien à côté des tourments que les musiciens nous réservent dans le futur. Abstraction faite de certaines sonorités qui ont pris un coup de vieux et perdu quelque peu de leur force d’évocation misanthropique (mais qui ne perturbent en rien l’écoute), ce "Remission" est à l’image de l’ensemble de la discographie des chiots faméliques au 20e siècle : indispensable !

       Brown Jenkin

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site