Skinny Puppy - Mind : The Perpetual Intercourse

SKINNY PUPPY
Mind : The Perpetual Intercourse
Nettwerk, 1986

 

 

Ouverture sur “One Time one Place” qui semble n’avoir d’autre but que de nous rassurer, nous faire baisser la garde pour mieux nous précipiter dans le cauchemar industriel de “Gods Gift”. La voix de Nivek ogre, véritable instrument de torture qui nous déchire les nerfs, porte une musique électronique qui va toujours plus loin dans la folie et l’expérimentation. “Mind : The Perpetual Intercourse” est un déferlement de haine pure soutenue par des sonorités morbides, les mélodies sont sacrifiées sur l’autel de la déraison, les beats nous transpercent comme autant de seringues chargées d’adrénaline, bien plus que ne pourrait en recevoir un être humain normalement constitué… Une recherche musicale aux frontières de la psychiatrie qui nous montre la face cachée de la création, derrière le masque de bienveillance des dieux se dissimule la grimace cynique de la sinistre farce qu’on appelle Humanité. Respirer ces émanations délétères nous ouvre des perspectives au-delà de la démence, Skinny Puppy nous balance sans ménagement dans un monde de souffrance et de rage au sein duquel il nous est donné l’immense honneur d’apercevoir le génie. Cet opus, bien plus qu’un chef-d’œuvre, est un bain de sang salvateur.
Une version CD agrémentée de quatre titres bonus dont le puissant “Chainsaw” et son intro à la tronçonneuse qui ne peut que nous donner des idées…

       Brown Jenkin

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×