Sixfeetunderground vs RedkiS - Music For A Dead Planet

SIXFEETUNDERGROUND VS REDKIS
Music For A Dead Planet

Autoproduction, 2013

 


Le premier EP de RedkiS en 2009 (chronique ici) a été une bonne surprise, un trip ambient-electro-spatial que prolongeait une piste CD-Rom visuellement captivante.
"Music For A Dead Planet"
s'inscrit entre le split et la collaboration, les câblages mutants de RedkiS croisant les terminaux Electro / Metal / Big Beat de l'énigmatique binôme de Sixfeetunderground formé en 2006 par Jason et Fantomas, lesquels ont, à l'instar de RedkiS, un attrait tout particulier pour la scène.

Il est clair que les dynamiques sonores de ces artistes ne peuvent que trouver un écho favorable face à un public, en témoignent par exemple les guitares énervées du titre éponyme (dans la version SFU) et de "Plastic Face (original)", un ton plus dur et organique marqué par des cascades de riffs qui s'achèvent au bord du monde, là où l'electro-ambient de RedkiS entame sa relecture de "Music For A Dead Planet"; succession de décharges breakbeat / indus sur un fond aux résonances presque mystiques pour une série de déflagrations des plus stimulantes.
De l'énergie, il en est encore question sur l'excellent "FrostRate", une claque electro-metal terriblement accrocheuse, du bourrin qui n'oublie pas de se montrer subtil, horde de contaminés dansant comme des furieux sur les ruines d'une centrale nucléaire !
L'art du contraste aussi, de la brutalité à la douceur sur "Opium (reworked by RedkiS)", page de trip-hop atmosphérique mené par le chant d'une certaine Claire, quelques minutes de douceur avant que les formes abstraites de l'outro ("10_10_10") ne replacent notre corps au centre de nulle part, flottant à la dérive jusqu'à "Plastic Face (Gemini Remix)", une version chantée au rendu très «Front Line Assembly» qui clôt de belle manière cet échange de bons procédés que je vous invite à découvrir.

       Gasp