Seadem - Oxymore

SEADEM
Oxymore
Luxerya Records, 2008

 

 

Fondé en décembre 2007, Seadem prend sa source dans un projet littéraire remontant à mars 2005 ; diverses nouvelles, appartenant au genre fantastique pour la plupart, ont pris ici le chemin d’une adaptation musicale fort bien menée, faisant d’«Oxymore» une collection d’instants où l’émerveillement côtoie le frisson. C’est au talent d’Ombeline Duprat que l’on doit ce voyage de l’autre côté d’un vieux miroir où l’on devine des formes étranges nous demandant de venir les rejoindre. Si vous tournez les pages de ce grimoire, vous entendrez l’écho d’un monde ensorcelant, onirique et inquiétant, univers mystérieux tissant ses livres d’heures magiques sur une partition dark atmosphérique, ambiante et néoclassique dont les tons variés ont oublié de virer à l’éparpillement. Le chant d’Ombeline s’échappe parfois en vagues lyriques s’écoulant d’un opéra fantôme, un lieu où vent, brume et pluie s’éternisent au détour des eaux murmurantes d’un lac ou près des murailles d’un antique château. Les spectres se dessinent lentement, le goût du cauchemar se précise sur «Psychose» et «Abyssium» puis, juste après, sur «Der Traum» avec ses cris et ses rires démoniaques ; les ambiances où rôdent la peur et l’épouvante puisent en des gouffres profonds pour mieux nous rendre à la surface d’une contrée où la fée pernicieuse voisine avec le charme de la sorcière. Des chœurs aussi, et quelques percussions se fondent à ces magnifiques paysages ; écoutez le poignant «La bouche des ténèbres», «Ireland» dont la touche celtique se perd dans l’horizon d’une lande que l’on ne parcourt qu’en rêve, les harmonies d’ «Europa» (l’un des quatre morceaux de l’album composés par Oraku)… Je ne peux citer toutes les compositions, sachez seulement que Seadem est une splendide réalisation à découvrir absolument, elle vous fera quitter nos rivages terrestres, pour ma part j’attends déjà la suite de l’histoire !

       Gasp


   → Interview (2008)