Raison D'Etre - The Empty Hollow Unfolds

RAISON D’ÊTRE
The Empty Hollow Unfolds

Cold Meat Industry, 2000

 


Du bel ouvrage dédié aux murmures de la désolation que cet opus paru en 2000. La mémoire aiguë d’une présence habite ces landes infinies ; ce qui fut se tient debout sur les ruines de l’éternité, entonne la mélodie en haillons de ces chœurs désincarnés, partage avec le vent ces colonnes de poussière vouées à l’errance. Des nappes plus ou moins profondes accueillent des entités sonores évoquant de brèves rafales cinglantes répondant à un tintement métallique (“End of a Cycle”). Ce morceau détient l’arpège enivrant d’un chœur se hissant hors d’une immense caverne, lui conférant une dimension grandiose. Des éléments en métal, toujours, que l’on déplace et que l’on agrippe ; image d’un monde rouillé où cependant les formes presque palpables d’un mysticisme habitant les plaines environnantes viennent nous submerger. Faut-il ne voir là que sa dépouille rongée par les vers de l’illusion ? Que chacun accommode sa vision à cet horizon où l’oubli a élevé ses cathédrales, que chacun y conçoive de nouveaux mirages… En attendant, “The Eternal Return and the Infinity Horizon”, le dernier titre dont la durée atteint les vingt minutes, achève de nous perdre, de nous enfouir. Ce qui pourrait faire penser à une corne de brume alourdie et inquiétante jette sa plainte au front de ces vagues abstraites, en saillie et parfois coupantes, qui ensevelissent notre âme. Le dark ambient de Peter Andersson est un vaisseau fantôme à la dérive où l’on navigue vers de vaines destinations inconnues ; glace, poussière, néant, telle fut notre raison d’être.

      Gasp