Mind Asylum - Eodharius

MIND ASYLUM
Eodharius

Hidden Marly Production, 2013

 

 

Après une première salve dépressive justement remarquée en 2009 avec "L'Asile de l'Esprit", Errance revient hanter les terres désolées de l'âme armé d'une nouvelle offrande de douleurs au titre mystérieux, "Eodharius".
Développant en toute logique l'aura qui émanait de la réalisation précédente, Errance repousse l'horizon noir et glacial sous le dais d'un raw Black Metal rageur et désespéré, toujours contrebalancé par le violon de Cendres dont l'archet semble découper la silhouette d'un ange déchu se déclinant en un suaire mélodieux.
Des passages rapides côtoient donc ces moments où l'atmosphère, où quelques riffs bien sentis nous renvoient au bord de notre propre précipice, tout près de ce gouffre hurlant notre ivresse de vide et de perdition... Errance met toute sa chair et ses tripes à travers ses vocaux rugueux; le matériau brut, écorché vif, transpire la sincérité pour un concert d'harmonies en sang confronté à ces parcelles de néant qui explosent parfois au fin fond de nous-mêmes sans que l'on puisse y faire grand-chose, hormis lutter ou mourir !
Derrière le tonnerre du blast beat et des coupes incisives des guitares, au-delà des textes torturés écrits en français par Winter (membre de Pendulum auquel Errance participe également), un caractère s'affirme, dessine des blessures poignantes et porte à nos lèvres l'avant-goût des poisons futurs qu'Errance saura distiller... Les cinq compositions d'"Eodharius" ont en tout cas de bien belles saveurs délétères.

       Gasp