Matutina Noctem - Anima Meam

MATUTINA NOCTEM
Anima Meam

Adipocere Records, 1997

 

 

Fermez les yeux, ouvrez grand votre coeur, et laissez-vous porter par ces courants qui empruntent les voies du Temps à rebours. La musique folk de Matutina Noctem a ces accents traditionnels qui nous font oublier le présent, "Guerra" par exemple s'en va à l'aventure sur les chemins des troubadours et globalement, "Anima Meam" détient un parfum de campagne, d'ancienne cité riche en histoire que de vieilles pierres racontent en murmurant. Guitares acoustiques, flûte traversière et percussions sèment, parmi d'autres instruments, des sonorités aux saveurs "authentiques", mais le tableau sait accueillir les notes d'un synthé sans gâcher quoi que ce soit, bien au contraire. Les parties chantées se partagent entre Cédric Ridet et Marie-Adeline Guillemaud, cette dernière, à l'instar de son pendant masculin, anime avec talent le versant heavenly de l'album, d'ailleurs "Seeds of Sorrow" appartient totalement à l'exercice de sa tessiture. Le passé disais-je au début, mais une fibre plus moderne n'est pas sans faire battre le coeur de certaines compositions ("Neurasthénie"), alors que juste après, la belle partition de "Veni" déploie en latin l'encens des liturgies, et un point fort d'"Anima Meam", c'est aussi de faire se frôler les époques, les nuances dans la manière d'éclairer ce qu'on appelle le folklore avec une touche de poésie personnelle ou issue d'un autre auteur (le texte d'"Automne" est de Charles Baudelaire). Le groupe sait écrire d'intéressantes mélodies et constructions, sait aussi communiquer les émotions, et ma foi, cette réalisation est une démonstration convaincante d'inspiration et de sincérité, à découvrir (ou redécouvrir) sans hésiter !

      Gasp