Matutina - Ille Cedens

MATUTINA
Ille Cedens

Adipocere Records, 2001

 

 

 

En 1997 paraissait "Anima Meam", le premier et unique album de Matutina Noctem; quatre ans plus tard (et amputé du mot "Noctem") le groupe revient avec une réalisation franchement captivante, comme si certaines directions esquissées sur l'opus cité précédemment se révélaient ici sous un jour particulièrement attractif. "Ille Cedens" poursuit la route folk aux accents traditionnels et médiévaux en étoffant le propos, l'incorporation d'éléments plus "rock" (batterie, guitare électrique) s'est faite avec un sens de l'harmonie assez surprenant, l'adaptation rayonne sur les couleurs d'un jeu d'ambiances convaincant où, çà et là, quelques ombres tourmentées se dévoilent sur les remparts de ces mélodies. Acoustique, mais se partageant avec des claviers participant avec élégance à ces ballades entre souffrance et inspiration mystique, la musique étonne, se danse en poésie et invite même par endroits un saxophone qui arpège l'ambre depuis les tons cuivrés de son corps. Flûte, guitare sèche, moments plus lyriques ou davantage intimistes, beauté du verbe (français, latin, occitan) porté par le chant de Cédric Ridet (pas toujours si éloigné que ça de la sphère cold wave), chaleur en sillons de terre froide recevant l'empreinte de l'ancien et du "moderne", ce mot se faisant ici pour une fois l'écho d'un ouvrage intelligemment pensé, sensible, et ne se contentant pas de coller des influences mais d'élever un bel édifice dont la syntaxe aura bénéficié d'un creuset riche et expressif.

      Gasp