Marquis De Sade - Rue De Siam

MARQUIS DE SADE
Rue De Siam
Pathé, 1981

 

 

Deux ans après le coup de tonnerre “ Dantzig Twist ” (coup de tonnerre musical s’entend, pas médiatique et encore moins public !), Marquis De Sade revient aux affaires, en 1981, avec un album qui tout en reprenant les recettes de ses travaux précédents, les pousse dans leurs derniers retranchements. La production minimaliste et intimiste des débuts s’efface pour un son plus ample, plus “ professionnel ”, mais c’est un atout parce qu’il donne, entres autres, davantage de relief à l’envergure vocale de Philippe Pascal. La spontanéité du premier opus laisse place à une mûre réflexion, sans toutefois faire perdre de sa richesse émotionnelle et de son honnêteté au divin Marquis. La présence de deux saxophonistes fait parfois flirter les compositions avec un jazz glacial. Rien, cependant, dans cet univers froid et ces déambulations urbaines couleur nuit, n’entrave une chaleur de sourdre, s’élever et égarer la neurasthénie.
En deux albums, Marquis De Sade impose son art et marque définitivement l’histoire du rock hexagonal, (ce qui ne l’empêche pas de disparaître dans l’indifférence générale comme plus tard Marc Seberg). Cette exploration n’allait pourtant pas connaître de suite, du moins pas sous cette forme. Alors que les Darcel et autres suivaient des voix sans intérêt, (je ne parle pas des invités Herpin, Paboeuf et Le Lann bien sûr !), Philippe Pascal donnait naissance à Marc Seberg ; avec ce dernier il repoussera les limites de l’émotion et de la beauté faisant éclore d’autres bouquets tout aussi vénéneux et sublimes.

       Brown Jenkin