Magazine - Real Life

MAGAZINE
Real Life

Virgin Records, 1978



C'est un an après le "Rattus Norvegicus" des Stranglers et le "Marquee Moon" de Television que surgissait des soufrières de l'underground une galette qui s'est très vite imposée comme un classique du genre ! Le berceau post punk peut être fier de ce rejeton qui ne mâche pas son talent; "Real Life" travaille le corps et l'esprit, concentre énergie et sentiment le long des neuf compositions qui habillent un opus merveilleusement affûté pour tailler là où ça fait beaucoup de bien !
Formé à Manchester en 1977 par Howard Devoto après son départ des Buzzcocks, Magazine connaîtra d'excellents échos de la part des critiques avec ce premier album; un accueil favorable mérité pour ce "Real Life" qui ne demande qu'à faire de nouvelles victimes au cours des décennies !
On prend son envol sur "Definitive Gaze", je parlais plus haut d'énergie, on la sent qui nous picote gentiment la nuque à travers des constructions étoffant le propos, une dynamique soulignée par l'accord parfait que constitue le trio guitare-basse-batterie relayé par un clavier toujours à sa place et apposant une «marque de fabrique» bien à lui.
Du rock bien sûr, une fibre punk dans la chair et les tripes, une personnalité très forte et un sens de la mélodie qui ne flirte pas avec la demi-mesure; le chant de Devoto hante une réalisation poussant les barrières d'un style et scande des hymnes magnétiques à fleur de peau.
Il y a l'incursion «saxophonique» virevoltante du guitariste John McGeoch sur "My Tulpa", le ton sans fioritures de "Recoil" ou encore ce début qui évoque une procession saltimbanque un brin désanchantée sur "The Great Beautician in the Sky" que rattrape une "cassure", inflexion électrique bougeant le morceau avec la grâce d'un danseur, ce même danseur refermant l'écoute sur la délicate chorégraphie de "Parade" (où l'on retrouve le saxo), la dernière page d'un album indispensable.

      Gasp