Jacquy Bitch - Stories From the Old Years

JACQUY BITCH
Stories From the Old Years
Alone Prod, 2007

 

 

Neva ne m’avait convaincu que sur scène, Jacquy Bitch en solo, ça ne prenait pas… Jusqu’à ce «Stories from the Old Years»… ce n’est pas une claque dans la gueule que j’ai reçue, mais carrément une galaxie ! ! ! Dès la première salve vous êtes emballé, le truc à vous filer des frissons ; dès l’ouverture des hostilités, «Mon royaume», vous êtes harponné et rien ne pourra vous libérer du sortilège de cette réalisation puissante jusqu’aux dernières notes de «Les enfants damnés». Nous avons ici l’échantillon des plus brillants appartenant à la veine deathrock / batcave / gothic rock, Jacquy Bitch nous livre une suite de compositions qui reflètent la meilleure démonstration d’un immense talent ! Des mélodies parmi ce qui se fait de plus étincelant dans le genre, des guitares imposantes, une électronique judicieusement disséminée et jamais envahissante ; pour ce qui est du chant, de ce côté aucun souci… c’est Jacquy Bitch en mieux ! Alors que j’écoute encore une fois l’album en rédigeant ces lignes, je me rends compte que je pourrais faire des tartines sur chaque titre tant ils sont tous excellents, les esprits chagrins pourront rétorquer que certaines influences se font nettement sentir, à commencer par Christian Death («Cimetière») ou London After Midnight («Détresse»), mais notre bonhomme est assez doué sur le coup pour lui insuffler modernité et touche personnelle qui gomment ce genre de critique (et comme le dernier LAM est une bouse, ça nous console un peu !)… Plus curieux, «My friend» qui à l’entame vocale fait inévitablement penser à «Help» des Beatles ! Notons enfin une relecture du standard de Neva, «Louchald», qui vous laissera sur le cul ! Si après tout ça je ne vous ai pas fait comprendre que cet opus enthousiasmant était indispensable, je n’écrirais plus que des chroniques de r’n’b ! ! !

       Brown Jenkin


     • INTERVIEW (2007)