Irfan - Seraphim

IRFAN
Seraphim

Prikosnovénie, 2007

 


Que devenait Irfan depuis ce premier album magique paru en 2003 ? Les anges nous ont apporté la réponse dans un écrin baptisé « Seraphim », joyau musical qui n’entretient aucun doute sur la pureté de son éclat. L’heavenly mystique de la formation bulgare brille des mille feux qui cheminent dans l’âme, quant au chant de Denitza Seraphimova, il a toujours cette allure d’oiseau astral traversant un horizon de lacs et de montagnes. La voix de Kalin Yordanov n’en est pas moins belle, pendant masculin soulignant par endroits la dimension profonde de cet opus. Une riche instrumentation, des cordes et percussions variées (écoutez le jeu dynamique de ces dernières sur « Hagia Sophia »), des claviers qui épousent les élans et respirations de cette succession de motifs finement exécutés dont le rendu mélodique est des plus prenants. Les sonorités orientales côtoient la parure religieuse de ce groupe (« Invocatio ») qui n’ignore pas une certaine sensualité (« Los Ojos de la Mora ») ; un écheveau d’ambre qui abrite les échos d’un chœur mystérieux sur une longue route où le violon croise le oud et la derbouka à ce carrefour entre l’Orient et l’Occident. De grâce et de spiritualité, « Seraphim » est une œuvre forte s’adressant directement au cœur, aux émotions, l’aura qui en émane n’est pas faite pour être frappée du sceau de l’indifférence, alors ne passez pas à côté !

      Gasp