Interview Sinweldi (décembre 2009)

J'avais eu le plaisir il y a quelques mois d'accueillir une première fois dans les pages de l'Hydre Albert Sinweldi, un musicien de talent qui n'emprunte pas de longs couloirs obscurs pour nous conduire là où il le souhaite et nous faire part de ses idées. Cela se confirme avec "L'Homme au Coeur de Fer", deuxième album entièrement chanté en français soulignant une étape supplémentaire tant sur un plan musical qu'au niveau du message politique, ou comment une épaisse brume glacée dissimulant une meute de loups recouvre doucement les terres du néo-folk...

Quelques mois à peine séparent la parution de "Is Europe Dying ?", ton premier album, de "L'homme au Cœur de Fer"; quand la trame de ce nouvel opus a-t-elle pris forme ? Une partie était peut-être antérieure à "Is Europe Dying ?"
Je me suis rendu compte que je n'avais pas été jusqu'au bout de mon projet, que je m'étais censuré. Qu'il y avait un public pour ma musique et que je devais leur offrir quelque chose de meilleur, d'inoubliable.

Qui est cet homme au cœur de fer ? Symbolise-t-il pour toi un idéal, le rêve d'une victoire qui n'a pas eu lieu ou bien encore un espoir à venir ?
L'homme au cœur de fer, c'est l'image de l'homme fort, de l'Européen prêt pour le combat, qui devra être froid et calculateur afin de préserver notre culture.

Le genre neo-folk, connu pour s'environner d'une brume d'ambiguïtés, ouvre avec ton album une porte sur un message clair qui ne cherche à tromper personne sur ses intentions...
Le côté ambigu du neo-folk me gène et décrédibilise le mouvement, le cryptofa me fait rire. Il y a un côté spectacle pour adolescents en quête de frisson et de rébellion, mais dès que cela devient sérieux, l'artiste explique que ce n'est que de l'art et qu'on ne fait pas de politique. Je peux vous assurer que tous les groupes dans le milieu, que je connais, sont fascisants, mais n'assument pas ou ont peur des représailles. Je n'ai jamais rencontré autant d'amis des loups que dans ce milieu (rire) et pour les autres c'est une histoire de business. Tout un tas de groupes minables, de vendeurs de tubes sponsorisés par la presse goth font de l'argent avec l'esthétique IIIème Reich. Une histoire de pognon.

Une haine séculaire est présente dans les pages sombres de "L'homme au Cœur de Fer", mais sous quel angle à l'heure d'aujourd'hui doit-on l'interpréter ? L'Europe doit redresser la tête contre les tenants d'un nouvel ordre mondial, c'est une évidence, mais cette fois avec le discernement qui lui a fait défaut quelques décennies plus tôt...
Je pense que le problème n'a pas changé. Ce qu'il nous manque c'est un christianisme fort, pour fédérer. Nous n'avons pas à avoir honte de nos ancêtres, de notre histoire et de notre culture.

Le bêlement toujours plus fort de la masse réclamant du pain et des jeux en contrepoint d'une société démissionnaire, cela j'imagine te conforte dans tes prises de position ?
Les rois du lavage de cerveaux sont en pleine action et ont mis les bouchées doubles. Tous les médias en cœur soutiennent le sionisme et le gouvernement, et œuvrent pour un nouvel ordre mondial et le Français laisse faire tout ça, la bouche ouverte. Mais effectivement je pense qu'il n'est jamais trop tard ! L'histoire se répète.

"Un Ciel Ombrageux" est un morceau mélancolique, l'abandon ainsi qu'une mort prochaine hantent son ton poignant, peux-tu nous en dire plus sur ce titre ?
"Un Ciel Ombrageux"
est un titre un peu différent des autres, qui traite de la sélection naturelle. Je m'imagine à la fin de ma vie. C'est comme écrire une chanson pour conclure mon combat.

A l'inverse, "Notre Victoire" explore un flamboiement visionnaire : "Un Esprit aux frontières de l'éternel, chevauchant les Océans"; cela en appelle aussi (je le ressens comme ça) à une dimension spirituelle, voire quasi mystique, c'est la quête pour l'homme d'un dépassement continu...
Ce qu'il manque à notre société, c'est de la spiritualité. Et notre victoire passe par un retour à une certaine spiritualité et à un retour au mode traditionnel.

"L'Homme au Cœur de Fer" est-il l'album de l'urgence ? Un message de colère avant qu'il ne soit trop tard, avant que le "Soleil de Feu" ne s'abatte sur nous ?
Nous sommes dans l'urgence, le monde économique est proche du chaos et nous devons l'aider à ne pas s'en relever. La population est complètement anesthésiée par toutes ces conneries qui passent à la télé, par cette foi immodérée dans le progrès technique, dans les bienfaits du monde moderne et en oublie nos valeurs et ce qu'est la vraie vie. Très peu de gens aujourd'hui sont encore prêts à mourir pour un idéal !

La mise en images de "La Nation" ne manque pas d'une certaine ironie, faut-il décrypter deux niveaux de lecture ? Peux-tu nous présenter par la même occasion Alban Blaising, le concepteur talentueux de cette vidéo ?
J'ai rencontré Alban Blaising grâce au netlabel LA CAVERNE DU DRAGON. Quand j'ai vu les clips qu'il avait réalisés pour différentes formations dont ses propres projets musicaux, je lui ai tout de suite demandé de réaliser un clip pour moi. Son clip est une façon d'aborder un thème sulfureux mais au second degré. Le but est d'attirer l'attention de l'auditeur, à le forcer à réfléchir sur le sens des paroles et sa mise en images.

Ton quotidien peut-il parfois être difficile de par les combats que tu mènes et les idées que tu défends ? D'après ce que j'ai compris, "L'Homme au Cœur de Fer" t'a même valu des menaces de mort; qu'aimerais-tu répondre à tous ces gens qui se contentent d'insulter ou de menacer, sans rechercher véritablement de débat ?
En fait je reçois souvent des mails me félicitant, parfois me demandant de m'expliquer sur mes choix et mon message politique. D'autres, moralisateurs, et parfois des menaces de mort comme j'en avais déjà reçues pour «Is Europe Dying» et qui viennent de l'étranger. C'est de l'intimidation pratiquée par de jeunes gens qui n'ont rien compris au problème de fond.

Tu as eu je crois quelques déboires dans ta quête d'un label pour ce deuxième album ? Apparemment, dès que l'odeur de soufre devient un peu trop forte, certains défenseurs de l'underground ferment vite leur porte... Qu'est-ce qui t'a conduit en Russie jusque chez UFA Muzak ?
Un artiste underground français qui chante dans sa langue maternelle, c'est une excellente chose (et c'est tellement rare !), mais pourquoi ne pas l'avoir fait dès "Is Europe Dying ?" ?
Oui, effectivement, alors que l'album sonne très pro, j'ai contacté des labels qui pour certains ne m'ont pas répondu -- ce que j'estime très grave -- alors qu'il sont constamment en visite sur ma page myspace. D'autres, comme le label avec à sa tête le neofolkeu objecteur de conscience, m'ont expliqué qu'ils ne soutenaient pas ma cause ; même des labels français dit 'patriotiques' qui préfèrent produire du rap ... c'est le monde à l'envers ! C'est alors que Maik de Gabe-Unruh m'a fait découvrir UFA MUZAK, l'un des meilleurs label underground Russe.
C'est effectivement une erreur de ne pas avoir chanté entièrement en français sur «Is Europe Dying?», mais maintenant je touche moins de personnes en Europe !

Tu dois, le 18 décembre prochain, (au côté de Militia Dei) donner un concert à Lille, si tu veux dire quelques mots sur cette prestation live à venir... Qui sont les musiciens qui t'accompagneront ? Est-ce que ce sera ton premier concert sous la bannière de Sinweldi ?
Nous avons la chance de pouvoir jouer à Lille le 18, ce qui est tout à fait exceptionnel et qui prouve bien le changement et la prise de conscience générale qui s'opèrent !
Ce sera le premier concert de Sinweldi et pour m'accompagner j'ai recruté Bruno F. à la guitare et Jean-François de Militia Dei aux percussions. J'espère pouvoir donner des concerts partout en France...

Quels sont tes autres projets futurs ? Toujours dans la sphère musicale, as-tu des activités qui voisinent avec Sinweldi ?
Je participe aussi aux activités du Netlabel La Caverne Du Dragon, que j'ai créé avec Mikha et Julien de Front Sonore. Nous sortons gratuitement de très bonnes productions principalement françaises dans un style martial, dark ambient et neo-folk, ainsi que la compilation 'Tribute To The Dead Soldiers (1914-1918)' en 3 volumes qui est devenue culte. Et puis, plus personnellement, je m'intéresse à l'écriture.

Pour conclure, j'aimerais insister sur le fait que j'ai besoin d'aide, que du boulot reste à faire et que toute forme de soutien sera la bienvenue. Je dois pouvoir convaincre et pour cela il faut que je sois entendu.

                                 Gasp, décembre 2009