Interview Zalys (Avril 2014)


Si votre intérêt pour les voyages sonores vous montre de temps à autre la direction de la voûte céleste, alors prêtez l'oreille sans plus tarder vers Zalys, entité apparue depuis peu sous les couleurs d'un space ambient aux tonalités sombres qui se révèle une invitation de premier choix pour ces contrées de l'imaginaire situées aux confins de l'espace et du temps.
L'unique membre à bord du vaisseau a bien voulu lever le voile sur ce périple qui ressemble fortement aux prémices d'une odyssée qui n'a pas fini de nous surprendre !


Salutations ! On a détecté votre présence sur Terre il y a tout juste un an, en mars 2013, avec deux singles et un premier album, "Wandering Through Space", est-ce que vous pouvez nous présenter le background d'origine de Zalys ?
Salutations ! Pour tout te dire, Zalys est né sur un coup de tête, une envie de mettre en musique des pensées, des images, des mélodies qui me trottaient dans la tête constamment et que je voulais extérioriser. Je me suis mise rapidement à composer, à tester des sons, et c’est finalement en bidouillant pas mal que les premiers morceaux sont apparus, le reste, c’est la suite logique.

Quand vos paysages sonores nous guident dans l'immensité stellaire, le simple mot "voyage" nous paraît bien faible, souffre comme d'une insuffisance au bord de l'infini que vous cherchez à évoquer... Quelles émotions souhaitez-vous faire naître chez l'auditeur ?
Je voulais justement qu’il y ait cette impression d’immensité. Puis cette sensation de solitude, de froid, de désespoir, liée au voyage sans but du protagoniste. Sans oublier que dans cet infini et dans ces ténèbres, il y a des merveilles, des éclats de lumières, des formes incroyables (nébuleuses, etc). Le but est de mélanger les extrêmes, le sombre/le lumineux, le désespoir/l’espoir, le froid/le chaud... pour susciter diverses expériences auditives chez l’auditeur et ainsi le transporter dans différents recoins, de façon cohérente.

Quelles sont vos sources d'inspiration ? Existe-t-il une dimension spirituelle inhérente à votre projet ?
Je pense que la Science-Fiction est l’élément qui m’inspire le plus. On peut imaginer tout un tas de choses, créer un concept particulier. J’aime autant tout ce qui tourne autour de l’espace que tout ce qui tourne autour des mondes post-apocalyptiques. Zalys est un mélange de tout ça. En ce qui concerne la dimension spirituelle, ce n’est pas une chose à laquelle j’ai vraiment réfléchie mais on peut considérer le voyage du protagoniste comme un rite iniatique, une expérience spirituelle. Il est seul avec lui-même, avec ses démons intérieurs...

Si j'ai bien tout compris, vos deux premiers albums et le récent EP "Towards The Sun" sont liés; quel est le fil conducteur qui les unit ?
Il s’agit d’un concept que je m’amuse à étaler en plusieurs parties. “Wandering Through Space”, c’est le commencement du voyage. Le protagoniste a survécu à un holocauste sur sa planète et a réussi à échapper au désastre à bord d’un petit vaisseau de première main. Malgré le sentiment de solitude, c’est l’émerveillement qui domine. Il se dirige un peu n’importe où, vers les choses qui le fascinent. Il fait même d’étranges découvertes (comme le vaisseau abandonné de “Shipwreck” et sa salle des machines toujours active sur “To the Core”). “Summoning the Phoenix” suit la même logique, mais en plus pessimiste. Vivre seul dans l’espace, ce n’est pas fait pour un homme. On sent qu’il commence à flancher (d’où des morceaux plus sombres, voire malsains) mais qu’il garde toujours espoir. Les beautés de l’espace l’intriguent, et il garde espoir: peut-être y a-t-il des survivants, quelque part ? Avec le phénix, on retrouve plusieurs significations: tout d’abord l’idée de renaissance (ce qu’on ressent avec le côté lumineux des deux derniers titres). Le phénix, c’est aussi le nom d’une constellation (on la retrouve en arrière plan sur la pochette de l’album, derrière le phénix bleu, non, ce n’est pas qu’un simple fond étoilé). Enfin, “Towards the Sun”, c’est cette envie du protagoniste de faire face à l’étoile qui l’a vu naître et grandir. L’étoile qu’il a toujours connue et observée. D’où un EP entier qui lui est consacré.

 Etes-vous à l'écoute de l'actualité scientifique concernant l'Univers ? Est-ce que cela peut jouer un rôle, de près ou de loin, dans ce qui va nourrir les panoramas de vos soundscapes intersidéraux ?
Bien sûr que oui. C’est d’ailleurs ce qui permet de trouver des nouvelles idées ou des nouvelles formes de sons. Il suffit parfois de pas grand-chose. Une image peut susciter en moi une mélodie ou une atmosphère que je cherche ensuite à reproduire. J’atteins rarement ce que je recherche, ceci dit. Je finis toujours par dévier !

A côté de la musique, vous gérez également les visuels de vos créations, cette volonté de tout faire est-elle un ressort essentiel à votre dynamique de travail ou bien aimeriez-vous parfois partager ces différents aspects avec quelqu'un ?
C’est surtout le manque de moyens qui m’a poussée à faire de l’auto-production pure et dure. On peut d’ailleurs sentir le côté amateur des premiers opus...après, c’est toujours stimulant de tout gérer tout seul, il n’y a pas de contraintes, on avance à son rythme, et la seule personne qu’on peut engueuler, c’est soi-même ! (rires) Mais je ne suis pas contre une collaboration, loin de là. La preuve, j’ai demandé à Déhà Amsg de s’occuper du mixage/mastering pour “Towards the Sun” et je songe à travailler avec un artiste (dont je tairai le nom pour le moment) afin d’apporter un peu de nouveauté niveau son. Ce n’est pas sûr par contre. Pour le moment je ne peux pas dire si je vais continuer seule l’aventure ou non.

Recherchez-vous un état d'esprit particulier pour composer ? Comment s'attirent et se repoussent les "aimants" de l'inspiration chez Zalys ?
Je ne recherche pas un état d’esprit particulier, en fait c’est plus selon mon envie et mon niveau d’inspiration que je vais me mettre à composer. Parfois je suis devant mes programmes, impossible de composer quoi que ce soit. C’est très frustant. Je ne pourrais pas vraiment te dire comment ça fonctionne, si, peut-être une chose: si je m’imagine suffisamment bien une scène, avec un peu de chance, les mélodies et les ambiances vont apparaître. En fait, c’est visuel et ça se transforme en sonore...

Zalys face à un public, y avez-vous déjà pensé ? Cela pourrait-il, dans certaines conditions, être une autre façon de développer l'aura immersive de votre musique ?
Certaines personnes m’en ont parlé, mais je pense que ce n’est pas fait pour moi. Y penser m’impressionne. Pour tout te dire, je ne sais même pas si la musique serait adaptée pour un concert d’ambient. Ca reste tout de même particulier...

"Towards The Sun", c'est d'abord une explosion de lumière qui s'achève sur l'idée de ce qui pourrait-être une sorte de renaissance si l'on en croit le dernier titre, "A New Beginning"; les formes de ce "nouveau commencement" sont-elles les embryons d'un prochain chapitre ?
Tout à fait. “Towards the Sun”, c’est avant tout une dualité entre optimisme et pessimisme. Le protagoniste est émerveillé par le soleil et souhaite se confronter à lui. Il a des envies et de l’espoir, ce qui est toujours mieux pour aller de l’avant. D’un autre côté, il se demande si ce ne serait pas un moyen efficace de mettre fin à sa vie. Il est seul, il erre, il commence malgré tout à perdre pied, à être de plus en plus faible. Il sait qu’il ne pourra pas vivre éternellement, ses jours sont comptés. Le soleil représente la vie sur Terre, ainsi que sa mort s’il venait à disparaître. La progression des morceaux montrent qu’il s’en approche de plus en plus, jusqu’à “Flares”. Là il se confronte aux éruptions solaires et arrive à leur échapper, malgré leur violence. Il est étonné de ne pas avoir perdu son instinct de survie, puisqu’il aurait pu se laisser griller sur place, mais non (d’où les différents changements de motifs). “A New Beginning”, c’est donc un nouveau départ... on repart sur de bonnes bases, on reprend le chemin de la dérive la plus complète (d’où la longueur du titre), avec un regain d’espoir... qui sait sur quoi/qui il pourrait tomber ?

"Towards The Sun" est disponible en libre téléchargement chez Cyanur Prod, comment s'est fait la rencontre avec le netlabel de Beashmael Islandis ?
C’est lui qui m’a contactée, je crois qu’il m’a repérée surtout parce qu’on poste sur les mêmes groupes/pages facebook en rapport avec l’ambient et les musiques industrielles. Ca aide. Il m’a donc proposé ses services, je n’ai pas refusé, dans la mesure où j’ai du mal à faire diffuser ma musique. Un petit coup de pouce n’est jamais de refus, d’autant plus que Beashmael Islandis soutient vraiment les productions qu’il sort sur son label. C’est un plus et il est vraiment cool.

On apprend que "Summoning The Phoenix", disponible aujourd'hui en libre téléchargement et en format CD-r, sera réédité en fin d'année par le label Le Crépuscule Du Soir, est-ce que vous pouvez nous en dire plus ?
En fait, j’ai oublié d’actualiser mon annonce sur le bandcamp (rires) mais oui, c’est la seconde collaboration avec Le Crépuscule du Soir (qui a déjà sorti “Wandering Through Space”). A la base, “Summoning the Phoenix” devait être réédité fin 2013 mais il y a eu des contretemps et ça devrait sortir incessamment sous peu. Ca a été annoncé par le label en tout cas, les intéressés pourront se délecter d’un beau digipack avec un livret de 12 pages.

Quels sont les artistes qui ont une influence sur Zalys ? Ecoutez-vous beaucoup de musique associée au genre dark ambient/drone ?
En fait quand je me suis lancée avec ce projet, je n’avais quasiment aucune connaissance précise en dark ambient. Je savais en quoi ça consistait, j’avais déjà écouté quelques morceaux, mais sans plus. C’est quand j’ai commencé à composer que je me suis rendue compte que c’était très proche du dark ambient, alors je me suis dit pourquoi pas. Quand j’ai écrit le premier album, je me suis refusée toute écoute d’un album de dark ambient afin de ne pas m’en inspirer. Je voulais essayer d’avoir un regard neuf. Bon je ne te cache pas que par la suite j’ai fini par me lancer dans le milieu et j’aime beaucoup le couple Atrium Carceri/Sabled Sun. On a déjà d’ailleurs un concept assez proche. Sinon, pour ce qui est de mes influences, je suis avant tout quelqu’un de plongé dans la musique metal et ce sont les groupes comme Arcturus ou Darkspace (ou le black symphonique en général) qui m’influencent énormément...même si l’ombre de Jean-Michel Jarre n’est jamais loin (je suis une traumatisée d’Oxygène/Equinoxe)

Quels sont vos projets immédiats ? Votre planning est-il bien chargé ?
J’ai pas mal de nouveaux morceaux en préparation, d’autres sont terminés, il ne manque plus que le mixage. Il faut donc s’attendre à un prochain opus. Sans dévoiler le concept, ce sera quelque chose de plutôt différent. On retrouvera des titres à la “Towards the Sun” mais aussi des titres avec une ambiance post-apocalyptique, quelque chose de plus inquiétant, plus menaçant. J’espère pouvoir sortir ça chez le label Cryochamber (qui est passé maître dans la mise en ligne de dark ambient à concept post-apocalyptique...).

Je vous remercie d'avoir bien voulu répondre à ces quelques questions et vous laisse le mot de la fin...
Eh bien, je te remercie de m’avoir offert l’opportunité de m’exprimer lors de cette interview ! J’espère que l’EP que tu as chroniqué t’a fait voyager et donner envie de découvrir le reste de la discographie.
A ceux qui ne connaissent pas Zalys: si vous aimez tout ce qui touche à l’espace, les atmosphères sombres et froides, les voyages, les corps célestes, les éléments futuristes voire post-apocalyptiques, n’hésitez pas à jeter une oreille, ou à télécharger les opus, qui sont quasiment tous en téléchargement gratuit. Merci à vous!


          → Bandcamp

 


                                              Gasp (avril 2014)