Interview Eternal Majesty (année 2007)


Groupe autant discret que talentueux, Eternal Majesty a été formé en 1995 par quatre frères, quatre musiciens qui ont forgé avec leur dernier album en date un pur joyaux de ténèbres. Répondant au nom de
"Wounds of Hatred and Slavery", cet opus distille des atmosphères envoûtantes qui ne vous laisseront certainement pas indifférents, mais laissons Navint (chant) nous en dire davantage sur cette excellente réalisation…


Annoncé en 2005 par votre EP "Night shadows", "Wounds of hatred and slavery"est paru il y a peu ; est-ce que vous pouvez nous parler de ces blessures de haine et de servitude, que représentent-elles à vos yeux ?
Ça part d’un constat ; l’espèce humaine aime l’esclavage car ça lui permet de ne pas accepter une certaine responsabilité dans ces choix. Nous sommes des moutons aveugles et nous préférons laisser aux autres la possibilité de choisir pour nous. Etre esclave c’est aussi accepter une certaine souffrance, qu’elle soit physique ou morale, c’est l’abandon de soi (c’est particulièrement ce que m’évoque l’image du christ sur sa croix, pour moi ça représente plus le renoncement et l’abandon que le sacrifice).

Vos compositions nous prennent aux tripes et nous entraînent au sein de vastes atmosphères sombres et envoûtantes ; quelles sont les émotions que vous souhaitez faire naître en jetant notre âme au cœur de ces paysages apocalyptiques ?
Contrairement à ce que beaucoup semblent croire, le sentiment que nous essayons de faire ressortir d’Eternal Majesty ce n’est pas une certaine haine (qui te rend inférieur à l’objet) du monde mais du mépris.

Haine, colère, mélancolie… Vos partitions, violentes et tragiques, s’abreuvent à quelles sources ? L’inspiration d’Eternal Majesty visite-t-elle aussi certaines contrées liées à l’ésotérisme ?
La source d’Eternal Majesty, c’est avant toute chose une certaine vision de la réalité qui nous entoure. Quelle réalité peut on faire ressortir de l’ésotérisme ? Dans la mesure ou je n’aime pas trop parler de ma vision des choses, on peut dire qu’il y a là une forme d’ésotérisme (même le fait d’avoir entre vos mains mes textes ne signifie pas que je vous fais partager ma vision car le lecteur fait ce qu’il veut des mots), et étant donné que le black metal touche avant tout des initiés ne peut on pas dire de ce fait que le BM est une forme d’ésotérisme ? Mais si tu parles de références à certains ouvrages, non !!

Un morceau de l’album a pour titre "The last march of the crucified", y a-t-il un message précis que l’on peut trouver au terme de cette dernière marche ? Le crucifié ne serait-il qu’un symbole de plus adossé au néant ? Une figure qui aurait traversé les siècles pour finalement ne laisser que le goût du sang et du vide ?
J’ai du mépris pour ce personnage, il est pathétique jusque sur la croix – n’espérait-il pas au fond de lui-même être sauvé par une puissance surnaturelle, qui bien évidemment l’a regardé mourir sur sa croix ?

Comment percevez-vous cette recrudescence de fanatismes religieux ? N’est-ce pas l’un des signes d’un pourrissement irrémédiable qui raffermit, à juste titre, toute la haine circulant dans les veines du black metal ?
Je perçois ça comme la peur d’un monde qui va trop vite, on préfère alors s’enfermer dans l’idéal religieux qui lui reste hors du temps et de la réalité d’un monde qui avance. Personnellement je dirai que ça a eu l’effet inverse sur le BM.

On peut lire sur votre site qu’Eternal Majesty se situe au-delà du bien et du mal en spectateur de l’éternelle misère humaine ; cette position était-elle la vôtre dès le départ ou bien est-ce le résultat d’un cheminement, celui peut-être d’une lucidité toujours plus affûtée à l’égard de la nature humaine et des hypocrisies de la morale ?
Les idées sont comme une existence, ça se construit avec le temps et l’expérience. Ma vision des choses a beaucoup évolué depuis le début, pour finalement se démarquer du satanisme simpliste que l’on retrouve ailleurs. D’ailleurs ça fait bien des années qu’Eternal Majesty n’est plus un groupe à orientation sataniste mais Luciférienne. Le problème de la morale c’est qu’elle n’est pas construite sur la base de notre propre expérience, le rôle de la morale n’est pas d’être nécessairement la vérité mais un moyen de réguler une société.

Des trois mots-clés composant le titre de l’opus, et formant chacun une étape de l’écoute, "Hatred" retient particulièrement l’attention avec ses sonorités dark indus oppressantes ; qu’est ce qui a motivé le choix de cette convaincante construction synthétique si froide et inhumaine où planent l’angoisse et la mort ?
Peu en ont parlé et pourtant je pense que ce morceau s’intègre parfaitement à l’album. Nous ne cherchons pas forcément à faire quelque chose d’original (il n’y a rien d’original dans ce morceau), l’essentiel c’est que ça nous plaise à nous. Ça correspond vraiment au type d’ambiance qu’on voulait donner à l’album.

A propos de musique électronique, où en est Autolyse ? On n’a plus de nouvelles du projet indus / dark electro de Sagoth et Thorgon depuis le split avec Habacus Hordes en 2004, lequel représentait (sur ses deux versants) un travail très prometteur…
Sagoth: Autolyse est une expérimentation musicale qui évolue tranquillement, tu devrais avoir de nos nouvelles dans très peu de temps puisque la prochaine production de Diahableries sera un Split cd ou Autolyse partagera l’affiche au coté des talentueux Absent (electro expérimental ), et des Italiens de Edenyzed… La partie de Autolyse reste dans la même mouvance musicale et idéologique, avec un côté un peu plus dépressif et angoissant … le tout verra le jour courant 2007 … Niveau news plus fraîches un morceau est disponible sur la compile virtuelle gratuitement téléchargeable sur le site de Diahableries . Je rappelle l’adresse pour ceux qui voudraient y jeter une oreille :
http://www.diahableries.com
http://www.myspace.com/autolyse

Comment se déroule le travail de composition ? Aussi bien au niveau des textes que de la musique, est-ce que chacun peut apporter sa pierre noire pour l’élaboration d’un titre ?
J’écris mes textes, en général, indépendamment de la musique de façon générale et je fais des ajustements après. Pour ce qui est de la composition on travaille ensemble en studio.

A quoi ressemblait le paysage underground hexagonal quand vous avez formé Eternal Majesty en 1995 ? Regrettez-vous cette époque ? Pensez-vous que la flamme qui brille aujourd’hui a perdu en intensité si on la compare à celle qui projetait ses ombres au début des années 90 ?
C’était complètement différent à l’époque et en même temps c’était nos débuts donc la vision que nous pouvions avoir de la scène à l’époque était différente. Aujourd’hui nous nous en sommes complètement éloignés (de la scène) et ça a été important au niveau de la composition de
"Wounds of hatred…". Je ne regrette pas nos débuts parce que je ne regarde pas en arrière, le plus important est devant.

Quels sont vos projets pour les mois à venir ? Des dates de concerts sont-elles prévues ? Vous avez déjà quelques splits à votre actif, y a-t-il une formation avec laquelle vous aimeriez tout particulièrement partager un disque ?
Je pense que nous avons fait suffisamment de splits dans le passé. Mais sinon nous travaillons sur le prochain album.

Les Sentinelles vous remercient pour le temps que vous leur avez accordé, je vous laisse le soin de jeter la malédiction finale…
Merci pour ces questions …


                                Gasp (février 2007)