Interview Crystalium (année 2007)


"Doxa O Revelation"
marque une nouvelle étape sur le parcours sans faute de Crystalium ; la formation lyonnaise élève encore son fier étendard au-dessus des masses afin de propager un déluge rayonnant de violence et d’émotions. Oui, ces musiciens tiennent là une pièce maîtresse apocalyptique qui ne peut laisser indifférent, et c’est l’âme écorchée et la rage au ventre que le groupe nous invite à prendre part au voyage… Mais passons le mot à Kra Cillag (chant / guitare).


Salutations Crystalium ! Après les changements qu’a connu votre line-up, pourrait-on avoir une présentation de celui-ci ?

Nous sommes à présent 5 depuis la fin de l’album. Complétant l’arrivée de FKV, le guitariste de Mind Ripper est notre nouveau membre depuis que je ne me consacre qu’au chant.

"Doxa O Revelation", votre nouvel assaut, est-il la troisième partie d’un triptyque débuté avec "De aeternitate commando", ou bien entame-t-il une autre ère pour le groupe ?
Ce n’est pas une trilogie, la période
"Commando" est révolue et "Diktat" en fut la clôture. Doxa marque le début du nouveau chemin que nous voulions prendre depuis longtemps mais qui n’aurait pas été possible avec les anciens membres. Nous devions aussi, pour cela, mûrir mentalement et musicalement.

Doxa (la gloire) c’est l’éclat ou la manifestation ; pour Crystalium, de quelle manifestation s’agit-il exactement ?
C’est une sorte de remerciement à l’humanité contemporaine pour l’ensemble de son œuvre, le jugement humble sur des sociétés du péché.

J’ai le sentiment, en écoutant votre opus, qu’il regarde le 21e siècle droit dans les yeux tout en annonçant les pires désastres à venir… Etes-vous d’accord avec cette approche purement subjective ?
Oui, mais nous ne sommes que des hommes et ne signalons que ces désastres à venir, ceux-ci ayant été annoncés au commencement de notre histoire.

Un passage de "Propagande cillaguienne" dit ceci : "Plus vous serez fanatiques, plus vous serez éclairés" ; est-ce que vous pouvez développer cela ?
Cette phrase est totalement inscrite dans notre éthique de vie. Je crois que j’aurais pu l’écrire mais un auteur immense m’a précédé. Elle définie parfaitement notre implication dans Crystalium et symbolise plus généralement notre style de vie.

Le dernier morceau de "Doxa O revelation" a pour titre "A l’origine"; peut-on interpréter ça comme la naissance d’un monde nouveau après le déluge apocalyptique ?
Exactement, une sorte de nouveau souffle.

N’est-il pas trop pénible de porter au quotidien une haine et un dégoût ancrés si fortement ? La musique, plus que jamais, est-elle devenue votre ultime exutoire ?
Non au contraire il est source de créativité et nous donne l’envie de continuer. Si nous cherchions un exutoire, nous serions politisés et l’instrument d’une doctrine. Notre aventure est avant tout une démarche artistique.

La philosophie de Crystalium, est-ce un constant dépassement de soi, une perpétuelle évolution ? Le "Je", finalement, n’est-il pas la seule vérité et l’unique issue de secours ?
J’espère que ce n’est pas l’issue de secours mais le fondement nécessaire.

A travers la guerre totale que vous menez par le biais de votre musique, est-ce la rage du désespoir qui contribue en partie à autant d’émotions ?
Je ne crois pas qu’on mène une guerre totale, et surtout avec des instruments. Mais le fait d’avoir la rage contribue sûrement à notre créativité.

En concert, quand vous avez mis toute votre âme et vos tripes, comment vous sentez-vous ? Vous ressentez-vous au-delà de quelque chose, comme transcendés d’une certaine manière ?
Certaines fois.

Certaines compositions (le titre d’ouverture de "Doxa…" par exemple) révèlent un goût pour des ambiances particulièrement pesantes ; avez-vous déjà pensé à un side-project de Crystalium qui serait dédié au dark ambiant ou à l’indus martial ?
Nous travaillons énormément sur machines et possédons quelques morceaux indus, voire trip-hop. Peut-être que ça verra le jour, on ne sait pas. KZG participe de son côté à une sorte de musique bruitiste horrible qui a pour nom Z.L.T.

Parmi les nombreux retours que vous devez avoir, j’imagine qu’il y a toujours des personnes promptes à coller certaines étiquettes sur votre dos sans chercher à comprendre ce que vous faites…
Oui, certaines choses sont inéluctables. Nous n’y prêtons plus attention, c’est une perte de temps.

Comment se passe le travail avec Aura Mystique, un bien intéressant label hexagonal principalement dédié au Métal Noir ?
Parfaitement, ça nous change d’Adipocère, lui on arrive à l’avoir au téléphone. AM se démène pour nous, et promotionne correctement l’album, on sent de la solidité derrière nous.

Quels sont vos projets pour les mois à venir ? Des dates de concerts sont-elles prévues ?
Oui des dates sont déjà prévues et d’autres sont à venir, ainsi qu’une tournée.

Les Sentinelles vous remercient pour votre disponibilité et vous laissent le soin d’apporter le mot de la fin à cette interview…
Merci à toi qui a pris du temps pour faire une interview élaborée et qui change des 99% monotones et sans intérêt.


                               Gasp (mars 2007)