Interview Benighted Soul (année 2008)


Pour ceux qui en doute encore la France regorge de groupes de grande qualité, ceci dans tous les genres et en particulier ceux qui remplissent les pages de ce webzine. Benighted Soul, qui officie dans la scène métal lyrique, fait partie de ces talents qui méritent l'attention de tout un chacun, leur EP
"Anesidora" est la preuve solide de ce que j'avance ici. Une actualité qui valait bien une interview, l'occasion de faire connaissance avec ce groupe originaire de Lorraine.

Qu'est-ce qui a conduit à la naissance de Benighted Soul ? Quelles motivations ?
Jay: J'ai eu la formidable idée de poster une petite annonce en 2002 ! Je prenais des cours de chant depuis un an et j'avais découvert plusieurs groupes officiant dans le style du métal symphonique. Je sentais que c'était vraiment quelque chose qui collait à ma personnalité et je m'y retrouvais totalement. J'ai donc bravé ma timidité, j'ai posté une annonce qui m'a amenée à rencontré Yann, ancien claviériste du groupe. J'ai rencontré Jeyms à un concert de Dream Theatre. Il nous a présenté Djang, un de ses amis qui jouait de la basse. BS était né.

Votre line-up a subi au cours du temps des changements, en une occasion même pour des raisons dramatiques, avez-vous aujourd'hui trouvé votre stabilité et qui sont les membres qui officient au sein du groupe ?
Jay: En 2006, lorsque notre batteur nous a annoncé qu'il quittait le groupe et que quelques semaines après Yann était victime d'un accident de voiture, ça a vraiment été très difficile. Nous avons auditionné beaucoup de musiciens sans pour autant retrouvé ce que nous avions avec la précédente formation. Mais quand Nico et Flav sont arrivés, ils nous ont vraiment poussé à aller de l'avant, ils ont apporté un nouveau souffle qu'on espérait plus. Aujourd'hui, chaque musicien a un rôle bien défini dans le groupe, il y a une bonne répartition des tâches entre nous, un équilibre qui nous assure une certaine stabilité.
Nico: Je suis batteur dans BS depuis la fin 2006 et donc un des derniers arrivants. Après quelques répétitions, j'ai proposé à Flavien (alias Papy, c'est vous qui voyez !) d'intégrer le groupe aux claviers. J'avais déjà pu jouer avec lui et m'assurer qu'il ne mordait pas. Je joue à côté dans Logruss et fais des remplacements quand l'occasion se présente. Je donne des cours de batterie et rêve de gagner un jour ma vie grâce à la musique.
Flav: Quand je suis arrivé (environ 6-7 mois après la mort de Yann), il y avait déjà eu plusieurs claviéristes "intérimaires" et ça s'était passé plus ou moins bien. J'ai vite compris que le reste du groupe était soulagé d'avoir trouvé quelqu'un de suffisamment sérieux et compétent musicalement. Enfin... je suppose !

Vous en êtes avec "Anesidora" à votre troisième réalisation (si on excepte le DVD "Catharsis live"), mais on constate que certains titres "sautent" d'un CD au suivant, pourquoi ces relectures ?
Djang: Je ne parlerais pas de relectures mais plutôt de réécritures, d'arrangements, d'évolution… En fait, Benighted Soul est un groupe qui est parti de zéro et nous nous sommes forgés à coups d'expériences autant positives que négatives qui ont toutes fait avancer le groupe et cela a donc eu un impact sur notre musique. Les morceaux sont le reflet de notre évolution. Certains appartiennent désormais au passé, d'autres ont réussi à traverser le temps : on a considéré qu'ils avaient un plus gros potentiel, qu'ils n'avaient pas été suffisamment exploités, qu'ils pouvaient encore évoluer ! Donc en fait, sous le même titre, il ne s'agit plus tout à fait des mêmes morceaux : ils ont subi des modifications, des améliorations, ils se sont étoffés… On les a réadaptés à notre vision actuelle de notre musique, à nos envies mais aussi aux capacités et aux ambitions du groupe tel qu'il est depuis fin 2006.

Vos morceaux bénéficient de structures particulièrement soignées et riches, est-ce que l'ensemble du groupe entre dans la composition de chaque titre ou vous partagez-vous le travail ?
Nico: Pour ma part, j'ai l'impression que tout ce qui a rapport à la musique est fait de manière collective dans ce groupe. On a tous mis notre grain de sel dans les compositions et nous ne considérons pas qu'un morceau doive rester figé à jamais une fois son écriture terminée. Ceci explique pourquoi "Anesidora" propose des titres déjà parus dans les démos précédentes : l'arrivée de nouveaux membres dans le groupe impliquait nécessairement une adaptation de la musique. Par contre pour tout ce qui est mixage, orchestrations et arrangements finals, je crois bien que c'est Flavien le boss mais il vous expliquera !
Flav:"Anesidora" était l'occasion de réaliser un cd avec le line-up actuel sans avoir à attendre un album complet. Tous les morceaux étaient écrits à l'époque de Yann, donc j'ai plus fait un travail d'arrangeur dessus. En décortiquant les morceaux, j'ai bien vu la volonté de tendre vers des sonorités symphoniques mais il y avait à mon sens beaucoup d'enrichissements possibles d'un point de vue harmonique. J'ai donc proposé des orchestrations et des grilles d'accords plus travaillées et qui s'éloignent un peu du cliché des groupes du genre pour aller plutôt vers des sonorités qui rappellent les musiques de films ou encore des ambiances plus progressives. Sinon j'ai composé "Blood of Achilles", et "Anesidora" a été composé à plusieurs mais là encore c'est un peu particulier puisqu'on est parti d'un vieux morceau qu'on a complètement réécrit.

Vous vous dites inspirés par les mythologies grecque et égyptienne, qu'est-ce qui vous a poussé vers elles ?
Jay: Etant donné que pour le moment, je suis seule auteur des textes et que je suis passionnée d'histoire ancienne depuis mon plus jeune âge, je me suis naturellement orientée vers ces thèmes, très riches en émotions, et qui peuvent être étonnamment actuels.

Si vous deviez nous présenter "Anesidora", nous dire ce qu'il renferme et donner envie à ceux qui ne le connaissent pas de l'écouter, vous vous y prendriez comment ?
Nico:
Dans "Medea's anger", à la fin du morceau, y'a des blasts à foison !
Djang: (rires…). C'est toujours difficile de résumer notre musique en quelques lignes… mais je leur dirais au moins que, par-delà les thèmes mythologiques et autres, il renferme une multitude d'émotions et d'ambiances différentes. Il incite parfois aux voyages, aux rêveries et à l'aventure ("Bucephalus", "Blood of Achilles"). Il témoigne à certains endroits d'une certaine tristesse ou d'un mal-être ("Prince of shades"), à d'autres d'une colère intense ("Medea's anger"). Il pose la question de la place de chacun dans ce monde ("Fairytale") tout comme du chaos improbable ("Anesidora"). Et l'on souhaite que vous puissiez vous plonger dedans et en ressortir avec toutes ces émotions ! Mais, le ressenti de la musique, ça reste quelque chose de tellement personnel que ma description pourrait s'avérer être déjà trop subjective car chacun peut y trouver des sentiments particuliers…

Votre "cover" est plutôt éloignée de la direction artistique habituelle du genre, pouvez-vous nous en parler ?
Jay: Je dirais que c'est complètement voulu. Benighted Soul est un groupe dans lequel il y a une forte recherche conceptuelle autant dans la musique que dans les textes. Des thèmes ressortent fréquemment à travers les mythes abordés : la perte de l'innocence, l'affrontement entre les différentes parties d'un même être. Il nous fallait quelque chose de plus marquant qu'une femme assise dans un décor idyllique ou infernal (selon les groupes). Notre "cover" réunie les thèmes de deux morceaux : celui de la boîte de Pandore, de laquelle sont sortis tous les maux du monde ("Anesidora") et celui d'un conte mettant en scène une poupée et un petit soldat de plomb se disputant sur la réalité du monde extérieur au coffre à jouet ("Fairytale"). A vous de lire cette "cover" comme vous l'entendez.

Le milieu du métal lyrique est particulièrement saturé, et même critiqué par une frange extrême ou plutôt fermée d'esprit du métal, comment vivez-vous / analysez-vous ce phénomène ?
Nico: Jusqu'ici, la plupart de nos concerts ont été donnés aux côtés de groupes plutôt velus (genre Vader, Belphegor, Aborted, Act of God, Dungortheb, Imperial Sodomy, Insane, etc…). Ca a toujours été de grands moments pour nous et les relations avec leurs membres ont toujours été très chaleureuses. Pour le moment, aucune canette dans la tronche à déplorer. Je crois que nous avons tous dans ce groupe le goût du Metal bien corsé. Seulement dans BS, nous essayons de faire la part belle aux mélodies et de créer des contrastes prononcés entre des moments lyriques et d'autres plus "couillus". Cette volonté implique obligatoirement de la retenue et un aspect progressif dans notre musique. BS a choisi de jouer une musique un peu hybride et de n'appartenir totalement à aucun style. Dans "Anesidora", l'auditeur peut y trouver du Death, de la pop, de la musique classique, du progressif et je ne sais quoi d'autre. Mais je pense que de manière générale notre musique est bien plus violente que celle de la majorité des formations de la mouvance dans laquelle on cherche toujours à nous classer. C'est peut-être pour ça que les metalleux purs et durs avec qui nous discutons après les concerts nous respectent et achètent notre disque. Après, libre aux autres de penser ce qu'ils veulent ! Que quelques chevelus bornés nous prennent pour des tapettes ou que certaines mamans nous voient comme des sauvages, je m'en fous complètement !
Djang: De toute manière, il n'est pas bon de juger les gens sans les connaître, tout comme de critiquer une musique sans l'avoir jamais vraiment écoutée ou sans tenter de la cerner… Mais je comprends tout à fait que des personnes n'apprécient pas ce style, après, de là à critiquer, c'est autre chose. Et, il faut bien sûr tenir compte du fait que les femmes et le métal, cela reste quelque chose de récent et semble-t-il très difficile à assimiler pour beaucoup d'hommes. C'est tout simplement aussi révélateur de l'image de la femme dans la société en général ;)
Flav: Beaucoup de métalleux associent "métal à chanteuse" à Nightwish, voire même Evanescence et ne cherchent pas forcément plus loin. C'est un peu le phénomène inverse des gens qui croient que metal extrême = bruit.

Je suppose que la prochaine étape, en toute logique, devrait être un album, avez-vous commencé à y travailler ou tout au moins à y réfléchir ? Pouvez-vous déjà nous donner une idée de la ligne directrice que vous souhaitez lui donner ?
Djang: En effet, malgré la sortie récente d'"Anesidora" et les concerts, on a commencé à travailler sur quelques nouveaux morceaux, mais ce ne sont que les prémices… Quant à une ligne directrice, je dirais qu'elle se forge et se forgera au fur et à mesure des compositions. La mythologie en sera normalement l'idée toujours principale : c'est notre moteur et donc pour un premier album, on souhaiterait forcément que cela tourne autour de ça. Nous aimerions aussi par exemple y faire figurer certains morceaux déjà réadaptés et qui n'ont pas eu leur place sur "Anesidora" tel que "Falling in sin" présent sur notre première démo…

Pour l'instant vos productions relèvent de l'autoproduction, aucun label ne s'est encore penché sur votre travail pourtant remarquable ? Les avez-vous démarchés ?
Jay: lol. Oui, ça a été fait mais avec notre précédente démo, "Catharsis", qui malheureusement, ne reflétait pas vraiment nos aspirations musicales et nos capacités techniques. Nous comptons sur "Anesidora" pour nous trouver un label mais cela prend du temps. C'est en cours… ;-)
Djang: Nous espérons en effet trouver des gens qui croient en notre musique et qui nous aideraient donc à mener à bien ce projet de premier album. A suivre…

Vous semblez attacher beaucoup d'importance aux concerts, que représentent pour vous ces prestations ? Des rendez-vous à fixer à votre public ?
Nico: La scène est de loin la chose la plus importante à mes yeux. Ce sont des moments précieux où l'on rencontre des tas de gens qui partagent la même passion que nous. Un groupe n'est vraiment vivant que lorsqu'il joue devant son public. C'est un accomplissement en soi et le résultat de centaines d'heures de travail. En plus, les gens qui sont devant toi se sont déplacés et ont payé pour venir te voir jouer ! La moindre des choses est de te donner sans limite et d'avoir bossé suffisamment en amont pour ne pas les décevoir. Je crois ne pas mentir en disant qu'on se met tous une grosse pression, ce qui provoque de gros problèmes intestinaux chez certains d'entre-nous à quelques minutes de l'entrée en scène :. Je suis très sujet au trac et je ne supporte pas de louper un concert. La peur du "pin" ou du problème technique me fait faire des cauchemars !

Les Sentinelles vous remercient d'avoir bien voulu répondre à cette interview et vous laissent le soin d'y déposer le mot de la fin...
Jay: A très bientôt en concert !
Djang: En souhaitant vous croiser… merci à vous d'apprécier notre musique !


                        Brown Jenkin (mai 2008)