Interview Ab Ovo (année 2007)

Animant depuis plus de 10 ans des paysages électroniques subtils et chargés d'émotions, le duo français Ab Ovo a écrit des pages superbes à la pointe d'une electronica savamment distillée sur les lignes de fuite de perspectives évocatrices. "Mouvements", leur sixième album paru cette année, est la manifestation supplémentaire d'un talent qui parvient à nous transporter en des contrées intimistes où le Temps et la Nature se déclinent comme autant de gouttes d'eau au sein d'un éclat de cristal lumineux. Régis Baillet et Jérôme Chassagnard, deux poètes arpentant les richesses d'une musique intemporelle ; laissons ce dernier nous révéler quelques paroles sur les traces muettes de l'Eternité…

Bonjour Jérôme ! Pour commencer cette interview, je te propose de faire un petit saut dans le temps, jusqu'au début des années 90, en t'invitant à nous parler de la naissance d'Ab Ovo…
J'ai rencontré Régis suite à une petite annonce faite dans un magasin de musique...à l'époque nous écoutions un peu les mêmes choses (aujourd'hui aussi d'ailleurs) et nous avions envie tout naturellement de composer ensemble, ou tout au moins de nous réunir pour créer notre propre univers musical.
C'est une aventure qui dure depuis pas mal d'années déjà et je pense que nous avons beaucoup évolué depuis.

On peut lire sur votre site que "Ab Ovo travaille sur l'énergie, sa source et ses vecteurs, pour exprimer plus amplement sa vérité" ; peux-tu nous éclairer sur ces propos ?
Nous considérons que la musique est une source d'énergie, qu'elle doit nous transporter, et que cette énergie, comme tout autre forme d'énergie, est faite pour être partagée avec les autres.

Votre sixième album, "Mouvements", est paru cette année ; est-ce que tu peux nous le présenter ? Le rythme semble y tenir une place plus importante…
L'album "Mouvements" est le fruit de plus d'un an et demi de travail, c'est la suite logique de nos albums précédents ; nous avons choisi dès le début de sa création de lui donner une couleur plus rythmique de manière à pouvoir nous projeter dans un autre registre musical... c'est une façon d'explorer une autre facette de nos travaux... Cet album est autant un voyage intérieur qu'un regard plus direct sur le monde qui nous entoure.

Comment vous est venue l'idée d'intégrer le chant sur l'un des titres de l'album, ce qui, je crois, est une première chez Ab Ovo ? Tu peux peut-être d'ailleurs nous présenter Judith Juillerat, la voix de "In some ways" ?
Judith Juillerat est une musicienne electro, elle est Française et officie sur le label allemand Shitkatapult ; j'ai fait sa connaissance via myspace... elle aimait beaucoup notre musique, nous aimions beaucoup la sienne.
Judith est venue nous voir en concert par la suite et comme le courant passait bien nous avons décidé de collaborer sur un morceau.
"In some ways"
est un morceau qui plait beaucoup à tout type de public...nous avons eu l'occasion de le jouer ensemble lors d'un festival electronica... un joli souvenir...
Par ailleurs, nous pensons refaire appel au chant avec d'autres musiciens par la suite.

"Le Temps suspendu…", "Empreintes" et maintenant "Mouvements"; à la lecture de ces titres, on a un peu le sentiment d'une suite, d'une évolution, comme si une trame précise reliait entre eux ces opus, est-ce le cas ?
Tu es la première personne à mettre l'accent là-dessus et j'en suis ravi parce que tu as tout à fait raison !
Nos trois derniers albums sont une sorte de trilogie avec au tout premier plan l'idée du temps qui s'arrête... au deuxième plan ce qu'il laisse... et au troisième plan celui-ci reprend son cours...

Entre architectures électroniques et atmosphères intimistes où la mélodie fait de subtiles incursions, votre musique est habitée par de nombreuses émotions ; je trouve que la nostalgie imprègne tout particulièrement votre œuvre, me rejoins-tu sur ce point ?
Comme dirait Régis "la nostalgie est la pierre angulaire de nos compositions" ; il y a en quelque sorte cette notion de "paradis perdu" dans nos compos.
Je rajouterai qu'en ce qui me concerne j'ai un tempérament très nostalgique, et ce depuis toujours.

La nature, je crois, tient une place importante dans votre univers ? Autrement, quelles sont vos autres sources d'inspiration ?
La nature est notre principale source d'inspiration, notre vécu et notre manière d'appréhender les choses en sont d'autres.

De nombreux kilomètres vous séparent Régis et toi, comment s'élabore l'écriture d'un titre quand la situation géographique éloigne ceux qui en sont les auteurs ?
Ce qui fait notre singularité depuis le début c'est que tous les morceaux d'Ab Ovo sont le fait de l'un ou de l'autre, jamais des deux ensemble.
Comme nous nous connaissons bien et que nous prenons toutes les directions en parallèle nos albums restent homogènes ; cela dit, parce que notre musique est fusionnelle, seuls nos proches arrivent à faire la distinction entre les travaux de l'un et de l'autre.

Comment les choses se mettent en place dans le processus de création ? Partez-vous la plupart du temps d'une idée, d'une image, d'une émotion ? Vous est-il déjà arrivé de ne pas parvenir à vous mettre d'accord sur la tournure qu'un titre devait prendre ?
En ce qui me concerne je pars souvent d'une émotion ou d'un son et les choses s'enchaînent avec une logique qui parfois me dépasse totalement... c'est la magie de la musique...
Souvent nous devons choisir si tel ou tel morceau sera ou ne sera pas sur un album mais comme nous composons chacun de notre côté nous ne sommes jamais en désaccord quand aux directions à prendre sur un morceau.

Des multiples facettes qui apparaissent dans votre travail, certaines d'entre elles sont-elles davantage le fruit de l'un de vous deux ou bien toutes les textures d'Ab Ovo peuvent-elles être dues autant à Régis qu'à Jérôme ?
Comme je te le disais précédemment seuls les gens qui nous connaissent bien font la différence entre nos compositions respectives...je ne dirai rien de plus là-dessus parce que je préfère que ça reste un mystère, je trouve ça plus joli...

On apprend en lisant votre biographie que la sensation du live vous a "électrocutés" ; quels sentiments te viennent à l'esprit quand tu repenses à votre première expérience face à un public ?
Le sentiment de communion, comme si nous tous ne faisions qu'un...un très beau moment... tous nos concerts restent de très beaux moments d' ailleurs, chacun à leur façon.
Il nous tarde de jouer à la Maschinenfest, nous allons nous régaler j'en suis sûr !

Votre vaisseau s'est posé en 2004 sur la planète Ant-Zen, le label allemand a-t-il répondu à toutes vos attentes ? Ab Ovo et la petite fourmi industrielle, est-ce une histoire d'amour qui a encore de belles années devant-elle ?
Nous avons de bonnes relations avec Ant-zen depuis le début et je ne vois pas de nuages à l'horizon ; nous leur devons beaucoup au niveau de la diffusion de notre musique à l'étranger... vraiment beaucoup...

L'image se prête bien à votre musique, il suffit pour cela d'apprécier les artworks de vos trois derniers opus pour savourer leur intime relation avec vos travaux. Vous arrive-t-il d'utiliser un support visuel durant vos concerts ? A quand un DVD d'Ab Ovo ?
Jusqu' à présent nous avons utilisé des images fractales en live mais nos supports visuels (vidéos) sont en cours de préparation; je tiens aussi à signaler qu'un fan espagnol nous a déjà fait un clip en images de synthèse (à voir sur le myspace Ab Ovo).
Pour ce qui est d'un éventuel DVD d' Ab Ovo; pourquoi pas mais ça demande beaucoup de travail et nous devons nous entourer de gens très compétents dans le domaine de la vidéo pour pouvoir réaliser ce fantasme.

Quelles sont tes influences, tes artistes incontournables en matière de musique électronique ? Penses-tu que la France soit un pays où cette scène est suffisamment représentée ?
Jaime beaucoup Plaid, Bola, Aphex Twin à ses débuts, Autechre, Tipper et les artistes du label Ambivalence avec qui nous sommes d' ailleurs en contact.
La plupart de mes artistes préférés sont Anglais, Allemands ou Belges... la France est donc mal représentée, peut-être parce que les disques des artistes français sont plus difficiles à trouver faute d'une bonne distribution.

Dix années ont passé depuis "Panorama 94-96" ; quel regard portes-tu sur la première décennie artistique d'Ab Ovo ? Te sens-tu plus proche d'un album en particulier ?
Je n'ai peut-être pas suffisamment de recul pour pouvoir avoir un regard objectif sur notre discographie, j'essaye de regarder devant moi pour l' instant.
Cependant je suis assez fier de nos trois derniers albums avec une petite préférence pour "Le Temps suspendu..." et "Mouvements".

Cette interview arrive à son terme et je tiens à te remercier pour ta disponibilité. Je te laisse le mot de la fin et le soin de nous parler de votre actualité prochaine.
Je travaille actuellement sur diverses collaborations avec d'autres musiciens parce qu'il est important à mon sens de s' ouvrir pour ne pas stagner ; Régis travaille sur une pièce musicale pour une compagnie de danse, et parallèlement nous composons tous deux dans la perspective d' un nouvel album.
Je tiens à remercier tous les gens qui nous soutiennent ainsi que vous qui êtes en train de finir de lire cette interview, chers lecteurs...

 

                                   Gasp (octobre 2007)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site