Ice Ages - This Killing Emptiness

ICE AGES
This Killing Emptiness

Napalm Records, 2000

 


Je ne sais pas si “This killing Emptiness” est destiné à devenir un classique, mais le groupe devrait, dans la course aux prix, recevoir celui décerné pour le nom qui colle le mieux à son concept. En fait de groupe se cache sous ce patronyme un homme, Richard Lederer (déjà brillant avec son projet néo classico-darkwave Die Verbannten Kinder Evas et bien sûr avec l’extraordinaire voyage dans l’œuvre de Tolkien à travers l’exceptionnel dark metal atmosphérique et symphonique de Summoning).
Si vous êtes sujet à la dépression, Ice Ages n'est pas fait pour vous. Ici l'électro n'est pas calibrée pour les dancefloors, mais pour laminer la tête à l'aide de compositions et de sonorités qui vous invitent aux cauchemars. Une lente descente aux enfers pour l'auditeur, d'autant plus que l'on a ici un album homogène, qui se tient d'un bout à l'autre, qui vous prend aux tripes dès le début et ne vous lâche plus. Si les cauchemars ont le visage de “ This killing Emptiness ”, alors que mes jours et mes nuits soient peuplés de cauchemars.

      Brown Jenkin