Hercynia Silva (premier album)

HERCYNIA SILVA
Hercynia Silva
Autoproduction, 2014

 

 

L'homme derrière ce projet aime à dynamiter les genres et mettre le feu aux étiquettes ! C'est ce qu'il fait déjà avec Puanteur de Charnier, l'un de ses rejetons nécrophages aux suintements métalliques; ici l'enjeu a aussi pour mission de brouiller les pistes, d'assommer les gardes-frontières et de semer les graines empoisonnées d'une démarche créative intéressante.
Ce premier essai montre sans attendre de quoi sont capables les démons sonores qui hantent cette silve obscure... Une batterie soutenue qui croise le fer avec une guitare, socle révélant un rock sombre et plutôt musclé, puis des émanations synthétiques et la forte présence d'entités industrielles, de samples et autres effets perturbateurs qui pourraient choisir la route de l'indus martial ou de l'electro dark... L'intérêt de ce curieux objet, c'est le refus justement de choisir une route bien définie même si la dominante se veut clairement «rock», avec un sens de "l'accroche" convaincant de par ce groove que les musiciens ont su injecter dans ces compos' qui brûlent sous la glace...
"Culte Sacré du Foyer", "Orage d'Acier" ou encore "Parons-nous des Lauriers de la Sainte Fôret" témoignent d'un savoir-faire évident, quelques exemples sur un ensemble de 14 titres bien ficelés, avec une utilisation des samples judicieusement amenée ("La Métaphysique de l'Illimité", "Smyslovsky").
Si une voix plutôt en retrait se manifeste parfois, on a davantage affaire à des "instrumentaux"; il serait peut-être d'ailleurs intéressant de développer le chant à l'avenir...
Si le contenu vaut le détour, le contenant mérite aussi qu'on en parle : l'objet est issu d'une démarche de fabrication purement "underground", en tout cas dans ce qu'elle a de plus noble ! A partir d'un procédé appelé "linogravure", les 50 exemplaires ont été imprimés manuellement sur carton kraft (format digisleeve). Vous l'aurez compris, Hercynia Silva mérite curiosité et soutien, en attendant les prochains méfaits du duo lorrain.

       Gasp


   → Page Facebook