Glam Dycinn - Horizons éplorés

GLAM DYCINN
Horizons éplorés

Autoproduction, 2004

 


Glam Dycinn a vu le jour sur les terres bretonnes, à Quimper, à l’aube du vingt et unième siècle. Avec cette première démo, la jeune formation fait montre d’une réelle inspiration ; celle-ci s’exprime à travers un black metal nourri d’atmosphères froides et ténébreuses qui apportent immédiatement un parfum de nuit, de forêt profonde, de légendes et de mégalithes millénaires. Dès le titre d’introduction, les intonations pagan de la «Prophétie de Gwenc’hlan» nous mettent dans l’ambiance, nous invitant à partager l’amertume vindicative du morceau suivant, «Sous l’égide des sempiternels cromlechs», dont les riffs efficaces font naître bien des émotions sous une trame mélodique prenante. Finn développe un jeu vocal varié, ainsi «Horizons éplorés» et ses plaintes écorchées vives s’échappant d’une plaie qui n’en finit pas de lui arracher les pires souffrances ; étape lugubre et oppressante installant un climat d’abandon moral duquel on ne peut s’extraire. Entre colère et douleur, les compositions se succèdent, alternant des passages rapides avec des épisodes plus posés ; le spectre de la mort hante ces sombres chemins, tout comme les esprits de la nature et la sagesse immémoriale qui les a toujours côtoyés. Le chant en français transmet l’obscure poésie de Glam Dycinn, et l’oreille égarée sur les traces des guitares d’où émane la délicieuse expression d’une lune glauque, on se dit que le groupe détient tous les éléments pour aller loin. Il lui reste certes à affirmer encore son identité, mais les cinq titres de cet objet, que referme une reprise très honorable de «Funeral Fog» de Mayhem, témoignent qu’avec ces acquis, il n’aura guère de mal à poursuivre son aventure dans le bon sens. Vivement la suite…

      Gasp