Forgotten Tomb - Love's Burial Ground

FORGOTTEN TOMB
Love's Burial Ground
Adipocere Records, 2004

 

 

Après l'excellent "Springtime Depression", voici les nouvelles émanations nocives qui s'élèvent de la tombe oubliée.
Nous retrouvons ainsi Herr Morbid sur son embarcation maudite, cerné par un océan d'infinie noirceur. L'homme n'est plus seul à bord, des musiciens ont rejoint son univers et servent la ruine morale, la déréliction, l'indescriptible sentiment de dépression qui habitent l'album. Des titres assez longs empoisonnés par un black / doom qui s'agrippe sur la main courante d'un escalier que l'on ne monte jamais. Tout en bas, la voix nous appelle : davantage torturée, maladive et agressive, elle intime à chaque auditeur de porter le masque de brume hiémale et de progresser à tâtons, jusqu'au gouffre.
Quelques passages rapides, violents, puis la lenteur incisive, lancinante, exhalant mille morts attendues au tournant du lendemain. Ténèbres en extrémisme ou lucidité ? Les notes de piano qui ouvrent
"House of Nostalgia" me disent qu'il faut observer la vie telle qu'elle est, telle que Forgotten Tomb la sculpte au fil de ses créations.
De cette mer de sang, de cris et de sanglots, la déesse Négativité émergera et étendra sur le monde sa beauté, sa force et sa pureté.

       Gasp