Elend - Les Ténèbres du Dehors

ELEND
Les Ténèbres du Dehors
Holy Records, 1996

 

 

Accueillie, dès les premières notes, par des chœurs somptueux, je ne peux que m'immerger dans le sombre désert que cet album crée. Ici, tout semble obscur. Seuls les sons, tels des tourbillons symphoniques, vivent encore. Je les entends, harmonie de claviers, violons, cordes, etc…, le tout dominé par des chants féminins amples et profonds. Puis, sortant de l'abîme, un homme vient me conter ses craintes, ses prières sur un ton désespéré, à la limite de la rupture. Je me demande bientôt si ceci n'est pas la fin du monde, la narration d'une vision apocalyptique ou le voyage de l'âme vers d'autres cieux. Ne serait-ce pas des anges qui me parlent ? Leurs douces mélodies m'invitent fortement à le croire. Naturellement, mes paupières s'abaissent et je me laisse aller sur ces airs lents et tristes, emprunts d'une certaine dimension religieuse. Il y a tout de même une sorte de malaise dans cette atmosphère oppressante, comme si elle agrippait tout être vivant qui oserait y pénétrer pour ne plus le laisser repartir… Je crois que c'est ce qui s'est passé pour moi. Elend réalise ici un formidable deuxième opus. Pendant une heure, ce groupe franco-autrichien me tient sous sa coupe… et ceci relève de l'anormal. Rares sont les formations qui y sont parvenues, comme par exemple Lisa Gerrard et Patrick Cassidy avec "Immortal Memory"… Mais, il subsiste cependant un problème : comment vais-je faire maintenant pour me libérer de leur emprise ?

       Nobody


   • Leçons de Ténèbres