Duparc - Twilight Fell From High Above

DUPARC
Twilight Fell From High Above
Cynfeirdd, 2005



Carlos Boll, connu pour les paysages ésotériques de The Mystery School, dévoile ici une autre facette non moins magique avec Duparc. Ce "Twilight Fell From High Above" est une douce rêverie nostalgique déambulant sur les contreforts d’un crépuscule urbain. Une ballade en quête d’un lieu ouvert jusqu’aux murmures de l’aube, là où l’on pourrait poser un moment le poids de sa solitude. Intimité et ton dépouillé prennent notre main et nous plongent dans ce réseau de vagues pensées dès les premières notes de piano de "Passage", la très brève intro. "Long after Sleep", le second titre, ne tarde pas à titiller nos émotions ; les voix de Carlos Boll et Isabella Piombo entretiennent un spleen plus ou moins proche qui ne tient pas à s’affirmer. Ici, l’âme joue un air plus subtil où l’ombre côtoie la timide lumière qui se fraie un passage à travers cette vitre recouverte de pluie… On ne chavire jamais dans la coupe de tristesse, bien que le goût altéré des larmes puisse, çà et là, se faire sentir. Guitare acoustique, claviers, percussions légères, sonorités diverses progressant sur une longue avenue où les passants se font de plus en plus rares ; on imagine volontiers le chant d’Isabella provenir d’une scène devant laquelle une poignée d’individus déclament leur tabac en volutes à la dérive. Une guitare électrique s’invite sur "Soul Catcher", l’air ambiant s’échappe alors en éclat bleu vif avant de retomber sur ces visages dont les douloureux secrets hantent les atmosphères de ce premier opus sensible et nuancé qu’il serait dommage de ne pas découvrir.

      Gasp