Deicide - Once upon the Cross

DEICIDE
Once upon the Cross
Roadrunner Records, 1995

 

 

La lutte contre Dieu et celle pour mériter sa place en Enfer semblent épuisantes, sinon comment expliquer que Deicide mette trois ans pour donner un successeur à "Legion" ? ! La chose est d'autant plus étonnante qu'en fait d'albums, ce sont plutôt des "minis" que nous livrent les Américains, lesquels tournent autour des trente minutes, cela dit mieux vaut faire court et intense que long et chiant ! Alors quoi de neuf dans le monde du brutal death en cet an de grâce 1995 ? Disons que Deicide ne se renouvelle guère, le quatuor aurait même tendance à couper au plus court, gardant les mêmes recettes mais en les simplifiant. Les soli de guitares à l'emporte pièce se font rare, et Steve Asheim se contente de battre au minimum des critères requis pour le genre, c'est regrettable quand on sait ce que ce forcené est capable de faire. Les structures des compositions elles aussi tendent à la simplicité. Alors ? Bon ou mauvais ce "Once upon the Cross" ? Bon, évidemment ! On parle de Deicide que Diable ! (c'est le cas de le dire !), une valeur établie du death metal, certes cet opus est moins dévastateur que son prédécesseur, mais il reste suffisamment sauvage et furieux, à l'image du chant toujours parfait de Benton, pour ravir la bête immonde qui sommeille en chacun de nous !
Au fait ! Le discours du gars Glen n'évolue guère, il veut toujours bouffer du chrétien, moi vous me direz j'ai pas terminé d'engloutir les Mille Chevreaux et je suis toujours aux trousses de Shub Niggurath…

       Brown Jenkin