Das Ich - Die Propheten

DAS ICH
Die Propheten
Danse Macabre, 1992



Un an après une démo prometteuse, Das Ich est de retour avec son premier album ; le mot culte n'est pas trop fort pour un opus qui allait projeter les sonorités sombres dans un nouvel univers et susciter bon nombre de vocations. "Die Propheten" s'imposerait presque comme le manifeste de la dark wave. Symphonie de l'ère glaciaire, émouvante autant qu'éprouvante, électro aux résonances indus, percussions et sons d'un futur qui ne peut ressembler qu'au chaos. Macabre et baroque, la musique de Das Ich dessine les tableaux d'une exposition qui nous fait visiter toute la gamme des émotions du romantisme le plus noir. Le chant maléfique du famélique Stefan Ackermann pose à merveille l'allemand sur ce théâtre qui m'évoque les peintures que James Ensor consacra aux masques. Une immersion dans un spectacle glauque et grandiloquent, sans cesse sous tension extrême à l'image du titre qui donne son nom à l'album, "Die Propheten", effrayant parce qu'il fait de nous des écorchés vifs, et que nous ne sommes jamais sûrs d'en sortir sans dommage irrémédiable.
En donnant un grand coup de pied dans la fourmilière gothique qui somnolait, Das Ich signait un chef-d'œuvre, lequel se doit de figurer dans votre discothèque… Pourriez-vous imaginer une collection cold wave sans
"Unknown Pleasure" de Joy Division ? Non… Alors vous savez ce qu'il vous reste à faire… Si ce n'est évidemment déjà fait.

       Brown Jenkin