Darmstadt 1313 - Edelweiss

DARMSTADT 1313
Edelweiss
SkullLine Records, 2014

 

 

Darmstadt 1313 est un projet que connaissent les visiteurs de Cyanur Prod, le Netlabel de Beashmael Islandis, celui-ci faisant également office de grand inquisiteur derrière les murailles étouffantes de cette entité indus-martial.
Pour les novices et autres âmes innocentes qui n'auraient pas encore croisé la route des cavaliers de l'Apocalypse, cette «messe» funèbre et angoissante rassemble une dizaine de titres qui, si ils s'en tiennent aux grandes lignes stylistiques que l'on est en droit d'attendre de ce type de réalisation, n'en procurent pas moins leur lot de sensations troubles et hypnotiques.
Rien ne manque à l'appel de ces pans d'ombre massifs qui engloutissent la lumière, ne laissant entrevoir que les ruines d'un monde en guerre avec ce qu'il faut de samples "à la bonne place", ordonnés comme les éléments d'un décor servant à mettre en valeur une suite de paysages sur le mode de l'effondrement.
Froides et oppressantes, les compositions suivent la voie du serpent, c'est une lente reptation en quête de toujours plus de victimes, et c'est avec savoir-faire que l'art de la terreur muette décrasse ses rouages servant à broyer corps et esprits.
Dès les premières secondes, le titre éponyme aligne sans trembler une lame de rasoir qu'épaule un rythme sourd, un peu en retrait derrière des "débris" de voix aveugles qui tournent en boucle.
"Löwen" me fait un peu penser aux Joyaux De La Princesse à sa façon d'étendre ce thrène symphonique qui reçoit efficacement ces "empreintes" vocales échappées des coursives du Temps...
Le discours du "Sermon sur la Mort V 1" de Jacques-Bénigne Bossuet hante le no man's land d'"Edelweiss" tel un spectre surgit du plus profond de la nuit, un "titre-sample" à méditer tenu par une pulsation obsédante qui encercle la pensée... C'est d'ailleurs la mort qui semble répandre un calme insidieux et trompeur sur "Total Krieg", alors que l'ambiance vraiment glaçante de "Sepulture" avec ces spoken words féminins est digne d'un cauchemar où l'on suivrait nos propres funérailles...
Vous aurez compris que cueillir cet Edelweiss pourra vous être fatal; dans les rues de Darmstadt 1313, les rares fleurs qui poussent sous la cendre abreuvent leurs racines dans un marécage de feu, de sang et de cadavres !

       Gasp