Dark Funeral - Attera Totus Sanctus

DARK FUNERAL
Attera Totus Sanctus
Regain Records, 2005



Quatre années après l'excellent "Diabolis Interium" et bien des démêlés avec No Fashion Records, leur ancien label, Dark Funeral marque un retour des plus fracassants sous l'égide de trois mots qui n'ont pas fini de gronder dans nos enceintes : "Attera Totus Sanctus". Cet album est tout simplement phénoménal, une claque magistrale dont on ne se relève pas facilement. Non, je n'exagère pas et vous invite même à vérifier rapidement mes propos ! Puissance, majesté, alchimie des forces et union des vents qui battent les territoires infernaux du black metal, vous trouverez tout cela ici et bien plus encore. Les guitares, possédées par on ne sait quel démon, harcèlent notre âme sous le jeu d'entrelacs mélodiques enivrants qui, les ailes déployées, nous conduisent loin, là où toute supplique fond dans un lac de lave. Un cercle de ténèbres s'élargit à l'infini, vibrant des échos du grand Magus Caligula qui fait de véritables prouesses vocales, hachant les paroles du blasphème pour mieux perdre les pauvres néophytes que nous sommes. C'est à un déluge d'émotions que vous devez vous attendre, une tempête qui vous arrachera le cœur et les tripes dans un délire orgasmique, le sceau de l'Apocalypse brisé en mille morceaux, enfantant ainsi les mirages les plus fous… En ce qui concerne l'assise rythmique, notons que pour cette réalisation la basse est entre les mains de Gustaf Hielm (ex-Meshuggah) ; quant à la batterie, atomique, c'est la berceuse favorite des cataclysmes, ni plus ni moins. Bénéficiant d'une production musclée, la diabolique architecture des compositions ne faiblit jamais, pas le moindre faux pas, et de "King Antichrist" à "Final Ritual" en passant par l'excellent "Godhate" ou le plus posé "Atrum Regina", tout n'est que démesure et déflagrations assourdissantes. Si ce chef-d'œuvre ne vous laisse pas sur le carreau, c'est que vous ne méritez pas votre place en enfer !

       Gasp