The Mirror Reveals - Frames of Teknicolor

THE MIRROR REVEALS
Frames of Teknicolor

Middle Pillar, 2000

 

 

Formé par James Babbo, cofondateur avec Kevin Dunn (Loretta's Doll) du label new-yorkais Middle Pillar, et l'ex-Unto Ashes Kit Messick, The Mirror Reveals est un groupe qui exprime son inspiration à la façon d'un pastel, touches délicates que domine un sentiment de nostalgie omniprésent. Le duo (que rejoindra la violoniste et ex-Backworld Joanna Dalin) délivre avec "Frames of Teknicolor" son premier opus, ethearal pop atmosphérique toute en sensibilité, promenade solitaire aux prémices de l'automne dans l'écrin d'une musique servie par une instrumentation sobre, accent dépouillé d'une guitare cristalline et apparitions discrètes d'une batterie pour un voyage en émotions. Le chant de Kit Messick nous prend par la main, ouvre la boîte des rêves, la voix douce d'une fée en visite sur la terre des hommes et semant dans son sillage quelques images apaisantes, éphémères, drapées au coeur d'un faisceau d'illusions qui se fondra bientôt aux nuées de l'aube. La présence d'un certain Mark Steiner sur "The Undying Man" est des plus magnétiques, ses vocaux constituent un élément supplémentaire à un ensemble qui pourrait être le film d'un livre de souvenirs, une image au ralenti entre un vague sourire et une larme qui se refuse à couler, l'instant presque onirique qui déploie les effluves d'un parfum étrange sur "In a Box", titre où l'on peut entendre James Babbo. De "1939" à "Frozen in Time", le dépaysement est complet, si l'on ajoute à cela l'artwork représentant une oeuvre d'Alphonse Mucha, on peut affirmer que rien ne manque à cette réalisation qui passe beaucoup trop vite.

      Gasp

Sous-pages :

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site