Sinweldi - L'Homme au Coeur de Fer

SINWELDI
L'Homme au Coeur de Fer

UFA Muzak, 2009

 

 

Succédant, à peine quelques mois plus tard, à "Is Europe Dying ?", premier album paru sous le nom de Big Cocky Man Sinweldi, notre homme revient sous l'étendard ramené au seul patronyme de Sinweldi; une période certes assez courte sépare donc les deux opus, néanmoins "L'Homme au Coeur de Fer" ne porte aucune trace préjudiciable de travail bâclé, pas de morceau donnant l'impression d'avoir été vite ficelé et jeté dans la cour d'un auditoire pour lequel on aurait que très peu de considération, bien au contraire, tout porte la marque de la sincérité et de la volonté de faire passer un message assumé sans déguisement et avec talent.
"Consacrer sa vie à l'effort et la lutte, haïr son ennemi, combattre pour son pays..."
, tels sont les mots gravés sur un coeur de fer dont les battements rythment les compositions d'une oeuvre offerte à l'orbe d'un soleil noir. Prédominance dark folk sous un ciel chargé de remous menaçants, quelques percussions martiales, des sonorités froides, synthétiques, une utilisation du sample bien encadrée, et ce chant un peu à part, hors des sentiers battus, même si l'appellation "military pop" peut lui être associée de par son rendu. Si on tient absolument à comparer "L'Homme au Coeur de Fer" à "Is Europe Dying ?", on notera un ton plus engagé et véhément (les paroles, en français, ne mentent pas sur la question), un paysage globalement plus sombre aussi, mais Sinweldi n'a pas oublié les émotions ni un sens mélodique jumelé à une atmosphère hypnotique, pris que nous sommes non pas dans l'oeil du serpent mais le regard de l'aigle ! C'est contre une Europe malade que le souhait d'un soulèvement, d'une réaction forte, fait entendre sa voix (à chacun après de se reconnaître dans telle expression ou telle approche du combat à mener, ce qui n'est pas le sujet de cette chronique); si un accent mélancolique s'immisce sur le poignant "Un ciel ombrageux", c'est avant tout un esprit de lutte qui met en relief les images que suggèrent cette réalisation. "La Mort de l'Homme au Coeur de Fer", hanté par une lancinante humeur de vengeance, clôt l'album proprement dit, cela avant trois titres bonus, des remixes pour être précis.

Ceux qui ont apprécié le premier tribute dédié aux soldats de la Grande Guerre (compilation disponible en libre téléchargement chez La Caverne du Dragon) reconnaîtront cette version un peu différente de "Mémoires d'un Poilu", une brume froide et magnétique masquant les tranchées, précédant la très bonne relecture (claviers atmosphériques à l'appui) de "All the Things you should never do", compo' apparaissant sur "Is Europe Dying ?"; en est issu également "The True Color Of The Wind", retravaillé ici par Gabe-Unruh avec une efficacité qui contamine lentement notre âme et notre sang, 7mn30 d'ambient martial sonnant presque comme un rituel préparatoire à la grande cérémonie apocalyptique qui s'ensuivra.

      Gasp

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site