Semper Eadem - Divagations Esthétiques

SEMPER EADEM
Divagations Esthétiques
Cauldron Music, 2005
La Manufacture de Bruit, 2008 [Réédition]

 

 

Projet dont l’origine remonte à 1992 (à la base la création d’une "ambiance musicale" pour un court-métrage amateur), Semper Eadem prendra le nom qu’on lui connaît en 1994. L’année d’après, David Vallée (qui fondera le label La Cadera ainsi que l’entité industrielle Lith) poursuivra seul une aventure qui avait débuté au côté de Régis Decloquement; une première démo, "In Remembrance...", paraîtra en avril 1995.
Parcours discret que celui de Semper Eadem, ponctué de périodes de silence (quatre ans séparent le split avec Maelifell de "Divagations Esthétiques"); l’objet chroniqué ici ne s’en montre que plus précieux, six compositions dont l’effet grisant rappelle un parfum automnal qui monterait doucement d’une terre jonchée de feuilles mortes. "Cosimo Lorenzano" d’abord, un vague grésillement puis ce qui me fait penser à une partition écrite pour un orchestre de square, ou plutôt le genre d’air qui pourrait accompagner la "dégustation" visuelle d’une ancienne photo offrant le spectacle en grisaille de quelques personnes à l’heure d’une promenade dominicale d’antan. "Les Feuilles d’Automne" justement, on y revient sur le pas de ces notes de piano en miroir d’eau, des notes qui reflètent un trouble profond, une douleur que le contrepoint des oiseaux ne saurait apaiser, alors que la corne sourde d’un violoncelle nous recentre vers la beauté de ce paysage en demi-teinte.
Entre néoclassique et cold atmospheric, "Divagations Esthétiques" sème au fil de l’écoute un brouillard plus dense et plus froid; lieu abandonné où s’attache la mémoire de lointaines souffrances, fantômes dont les soupirs frôlent notre sombre rêverie qui n’aura pas vu la nuit tomber, c’est une fleur morbide qui s’épanouit sous nos yeux (le malaise délicieux qui nous saisit sur "Reflets d’un Songe Trop Flou"), répandant l’essence empoisonnée d’un drame qui aura eu pour cadre, il y a fort longtemps, cet endroit aujourd’hui désert...

Ces "Divagations Esthétiques" de toute beauté vous attendent dans les forges de La Manufacture de Bruit, laquelle propose en libre téléchargement une partie du backcatalogue de La Cadera, riche initiative qui vous permettra de découvrir quelques trésors.

      Gasp