Nebel - De Profundis

NEBEL
De Profundis

Kaos Ex Machina, 2011
[Téléchargement libre]

 

 

J'ai gardé un bon souvenir des "Ames Grises", opus qui a pour cadre l'enfer des tranchées, et d'un univers de cauchemars à l'autre, Lionel F. prouve qu'il détient un don tout particulier pour nous immerger dans un puits d'épouvante des plus convaincants.
Un labyrinthe de catacombes devrais-je plutôt dire, sans issue, le miroir de nos terreurs secrètes étant ici mis à l'épreuve avec savoir-faire; c'est encore l'imagination qui sera la plus sollicitée, tous les ingrédients sont réunis pour imprimer sur notre pellicule cérébrale un film qui fait vraiment peur ! J'ai déjà évoqué la portée visuelle de la musique de Nebel, eh bien "De Profundis" en est l'exemple flagrant, avec ses drones enveloppés de suaires et ces formes tapies dans l'ombre, prêtes à nous sauter à la gorge ! "Abyssus Abyssum Invocat" par exemple et ce qui ressemble à une plainte d'enfant surgie des ténèbres, un truc à vous filer la chair de poule, une obsession rampante qui va en s'amplifiant et qui ne vous laissera plus jamais une maigre seconde de répit...
La trouille, l'angoisse, toutes ces choses qui naîssent avec la nuit, Nebel sait parfaitement les orchestrer, les modeler à travers l'expression d'un dark ambient jouant sur les orgues du suspens, de la suggestion; vous ne verrez rien, ou presque, mais entendrez des voix et autres murmures, un souffle glacial sur votre peau, des plaintes au parfum de sang sur des murs poisseux ("Pulvis et Umbra Sumus").
Disponible en libre téléchargement via le netlabel polonais Kaos Ex Machina, "De Profundis" développe son aura hypnotisante sur sept compositions, sept étapes où vous frôlerez le démoniaque à la lisière d'un gouffre au fond duquel on peut les entendre monter patiemment des profondeurs...

      Gasp