Hide & Seek - Where Turtles Sleep

HIDE & SEEK
Where Turtles Sleep

Cynfeirdd, 2007

 

 

Après l’excellent "European Landscapes", Hide & Seek revient avec un troisième opus tout simplement enchanteur. Tendu d’émotions d’un bout à l’autre de sa délicate trame sonore, "Where Turtles Sleep" est un poème écrit à la surface de l’eau, un discret sourire capturé par une larme à ce moment du crépuscule où les sentiments se confondent dans la lumière du couchant. Une douceur éprise de nostalgie et de mélancolie, l’aisance mélodique d’une balade au bord d’un lac quand le vent jette une parade de feuilles sur la houle, et ce pincement ultime qui se refuse à lâcher le cœur, nous rappelant que la beauté du lieu est intimement liée à notre douleur. Ne cherchez pas un style précis, Hide & Seek n’a que faire des étiquettes encombrantes et sait parfaitement libérer son inspiration à travers un dessin musical épuré où se croisent et se mêlent des textures synthétiques avec, par exemple, des notes de guitare acoustique ou encore un violon ("The Dreams of the Architect"). A la façon d’une toile finement exécutée, c’est élevé sur l’expression nuancée de ses tons que se livre un album sensible, visité par les voix de Liesbeth et Pierre-Yves ; le français, l’anglais et même le néerlandais ("In mijn dierentuin") s’invitent sur ces partitions qui semblent nous observer depuis une contrée onirique. Le talent de la retenue en sachant délivrer tout ce qui s’adresse à l’âme, voilà le génie de ces musiciens… Où dorment les tortues ? Là où la magie du monde s’interdit de répondre à ce genre de questions.

      Gasp