Electric Press Kit - Analogic

ELECTRIC PRESS KIT
Analogic

Les Disques De La Crypte, 2006

 

EPK sort d'un silence qui durait depuis 2002 et le mini "Show me" (entre temps il y aura quand même eu, en 2005, la sortie de "The death instrumental session EP" du side-project Electronic Press Kit) pour nous asséner un premier album qui dès l’injection suscite l'enthousiasme. EPK ne quitte pas la sphère mêlant cold wave, noise et indus qui lui aura permis de rencontrer un accueil favorable auprès de la critique, nul doute qu'"Analogic" suscitera lui aussi sa part de louanges. Un opus qui explose en myriades d’étoiles nocives et brillantes. "Too late", musique épileptique sur des guitares acérées comme des barbelés qui vous déchirent les oreilles et nous plonge dans un univers chaotique. "Breakdown" revisite le punk à sa manière en lui insufflant une bonne dose d'indus. "Nightmare's hill", tout l'art de la fusion façon EPK s'exprime à travers cet excellent titre. "A bullet in my head" ou comment saisir l'essence des eighties avec un morceau qui me fait penser au rock crépusculaire des géniaux Red Lorry Yellow Lorry. "Chemical power" et son tourbillon de guitares déjantées court sur la trace de celui qui le précède et vient percuter la seule faiblesse à mon goût d’"Analogic", j’avoue n’avoir pas perçu où EPK voulait en venir sur ce coup. Heureusement "Le soleil se lève nulle part" réajuste le tir guidé par une lourdeur et une lenteur inquiétantes où les six cordes ont encore la part belle. "Les secrets suspendus" joue sur le contraste entre claviers mélodiques et rythmiques pesantes et saturées qui donnent toute sa saveur à ce morceau riche en émotions. "Joke" déambule dans la cold wave avec assurance avec ce titre poignant, un tempo décalé finissant par assurer la part de folie qui file sa route tout au long de cette réalisation. "Torch" qui le suit s'accroche également à la cold mais cette fois en mode torture. Un album abrasif qui s’achève sur un remix de "Les secrets supendus", lequel sans procurer autant de sensations que la version originale se laisse écouter sans rechigner. Si après tout ceci vous n’avez pas compris qu’"Analogic" montrait le visage d’une formation capable de bien tenir la route sur de longue distance, de faire preuve d’imagination et d’originalité, c’est que vous le faites exprès !

      Brown Jenkin