Dernière Volonté - Devant le Miroir

DERNIERE VOLONTE
Devant le Miroir

Hau Ruck !/Tesco, 2006

 

 

Un troisième opus pour Dernière Volonté, marquant encore une étape après "Les Blessures de l’Ombre". Effectivement, si le ton martial propre à la formation est toujours, en proportions variées, bien présent, "Devant le Miroir" a semble-t-il opéré un élargissement de sa facette new wave. Mais là aussi, il ne faut pas s’imaginer que le soldat a emprunté des chemins étrangers à son style, les compositions de Geoffroy D. n’ont pas cessé de nous parler sur le mode mineur ; de ce journal de guerre, on retiendra les mélodies qui avancent tête haute sur des versants où s’étendent les ombres d’une gravité prenante, le regard vers l’horizon où s’atténue la violence des combats… Geoffroy pose ses vocaux sur ces rythmes accrocheurs d’où s’élèvent des nappes de claviers austères, froides ou plus solennelles ; de la chanson traditionnelle "Au travers des lauriers" à l’obscur "Maître de ma peau…" (sur un texte de Pierre Drieu La Rochelle), on se laisse porter par ces fiertés nostalgiques, un peu comme prisonniers d’un douloureux recueil de vieilles chansons où une poignée de pétales fanés murmurent les lourdeurs d’un parfum oublié. Un morceau tel "Douce hirondelle" a un petit côté léger qui peut faire sourire, en revanche je trouve "Verbes fragiles" fade et plutôt en décalage avec le reste de l’album, cependant, malgré ce bémol, il ne faut pas se méprendre et comme je l’expliquais, Dernière Volonté n’a pas trahi la personnalité qui est sienne depuis le début. Bref, une réalisation qui peut surprendre au premier abord mais qui ne laisse planer aucun doute sur la sincérité du propos, ce miroir renvoie une image tout à fait convenable qu’il nous faut regarder droit dans les yeux.

      Gasp