Der Blutharsch - The Philosopher's Stone

DER BLUTHARSCH
The Philosopher's Stone

WKN, 2007

 

 

La parution d'un nouvel album de Der Blutharsch, c'est toujours un moment où se mêlent excitation et vague inquiétude, la crainte de la déception évidemment, tous ceux qui suivent un groupe de près comprendront cela. "When Did Wonderland End ?", ce chapitre supplémentaire efface rapidement les appréhensions, et sans vraiment surprendre, propose des compositions qui à leur tour vont vite s'attacher et nous trotter dans la tête un bout de temps. La température continue d'afficher un degré rock'n'roll certain, comme l'indique le jeu guitares / basse électriques ; si cet esprit "rock" est bien ancré (voir le titre 5 chanté par Bain Wolfkind), le socle néofolk n'est pas mort et le feeling global s'en ressent, des percussions à la façon d'aborder le chant et les mélodies, en passant par le violon de Matt Howden sur le huitième morceau, la démonstration fonctionne et s'équilibre, Der Blutharsch confirmant encore que l'on peut évoluer intelligemment sans saborder sa flotte. Les vocaux de Marthynna et du sieur Wolfkind occupent le devant de la scène, ce dernier roule toujours au fond de sa gorge ce côté "dur et patibulaire" qui lui colle si bien au cuir, il achève d'ailleurs "The Philosopher's Stone" sur le ton d'un spoken word qu'encadre une ambiance tendue et magnétique. Authentiques et sincères, Albin Julius et ses camarades de combat le sont, et en attendant de voir de quoi sera fait demain pour ces enfants terribles, je souhaite longue vie et prospérité à Der Blutharsch qui aura fêté en 2007 ses dix ans d'existence !

      Gasp