Coph Nia - The Dark Illuminati

COPH NIA
The Dark Illuminati

Cold Meat Industry, 2007

 

 

Œuvre divisée en deux actes, "The Dark Illuminati" est le troisième album de Coph Nia. Une fois de plus, Aldenon Satorial prouve sa capacité à enfanter des ambiances grandioses, des moments de frissons qui explosent nos sens vers les régions inexplorées d'obscures connaissances. "The End", titre d'ouverture et premier acte, est une lente symphonie brumeuse et lancinante d'où s'échappent des bribes de chœurs faisant écho à une lointaine cloche funèbre ; une tension dramatique qui prend le temps de peser notre âme (le morceau dépasse le quart d'heure) avant de la livrer à un second volet impressionnant. Une entrée en matière préparant le néophyte à franchir de nouvelles portes, à s'absorber dans une musique évoquant les états d'un esprit visionnaire. Les pages se succèdent, la voix d'Aldenon domine et embrase de son charisme une écriture orchestrale, atmosphérique et rituelle dont l'envergure n'appartient qu'aux dimensions tapies au cœur des grammaires sibyllines. Le monumental "Fire" (une reprise d'Arthur Brown), composition qui vous figera au pied d'une montagne de flammes, suivi d'un "Credo V" profond et tribal où un chant féminin éthéré semble survoler des grondements telluriques, sont des titres qui font naître une sensation de vertige. Mais il s'agit là d'exemples puisque chaque élément concourt à réunir ciel et enfer sur une partition imposante qui ne ménage pas nos émotions. Si Coph Nia progresse en terrain connu (affirmant également son goût pour les covers, puisque au côté de "Fire", on trouve aussi "Sympathy for the Devil" des Stones et "Religion" de Front 242) il le fait en développant son jeu d'arcanes vers une expression artistique des plus captivantes, une aura qui nous tient en haleine pour une aventure mystique à ne manquer sous aucun prétexte !

      Gasp