Charlemagne Palestine - A Sweet Quasimodo Between Black Vampire Butterflies

CHARLEMAGNE PALESTINE
A Sweet Quasimodo Between Black Vampire Butterflies

Cold Blue Music, 2007

 

 

Etrange, perturbateur, voire déstabilisant, on pourrait disséquer toute une gamme de sensations et d'impressions à l'écoute de cet album enregistré lors d'un concert au Maybeck Studio (Berkeley, Californie) le 7 janvier 2006.
Charlemagne Palestine (alias Charles Martin, né à Brooklyn en 1945, ou 1947), amateur de peluches et de cognac (écoutez au début le verre "chanter"), contemporain d'artistes tels que Steve Reich ou Philip Glass, est aussi, au côté de la musique, performer et plasticien; il nous convie ici à l'une de ces expériences sonores qui ne peuvent laisser indifférent, on aime ou on déteste, mais il en reste toujours une empreinte quelque part.
Jouant simultanément sur deux pianos, Charlemagne Palestine développe une forme de rituel, s'appuyant sur le jeu minimaliste et insistant de ces notes obsédantes qui semblent, au bout d'un moment, ne plus former qu'une seule entité, un ballet étourdissant et hypnotique révélant ses inflexions tout comme sa poésie pour qui veut bien se laisser emporter...
Imaginez ces structures répétitives et ces subtiles "infractions" qui nuancent l'ensemble, érigent ce corps aérien, lui donnent tout son relief, presque comme par magie, libérateur et rendant fou; une déflagration "pianistique" capable de se transcender, d'adopter des contours inattendus, de forger dans nos cerveaux des visions curieuses à l'image du titre de l'album, il suffit en somme de s'y reporter et de laisser vagabonder son esprit (deux papillons comme deux pianos ?), pour finalement atteindre un état second, dépasser l'architecture de la trame pour mieux lire le message ésotérique qui constitue son essence.

      Gasp

Sous-pages :