Front Sonore / Barbarossa Umtrunk - Le Siècle des Grands Abbatoirs

FRONT SONORE / BARBAROSSA UMTRUNK
Le Siècle des Grands Abbatoirs
SkullLine Records, 2009

 

Split réunissant deux entités justement appréciées par les amateurs de musiques que charrient les tempêtes des no man's land, "Le Siècle des Grands Abattoirs" débute par un "Requiem", celui de Front Sonore, piano funèbre et pluie, avant "La France, la Victorieuse !", une machine de fer en martèlements aveugles, créature géante pondeuse d'ogives et bouffeuse de chair, sur un fond indus minimaliste générant le malaise. Sample vocal claquant tel un coup de fouet et autour duquel s'organise la dynamique du morceau, "La Communauté Française" révèle un visage martial assez oppressant, mené par de lourdes percussions, une humeur de plomb se désagrégeant en percutant le mur noise de "Broadcast 7-21-44"; déchirements stridents copulant sur un horizon de sourdes déflagrations, chants d'une autre époque s'écoulant en bribes lacérées de quelque obscur vinyle...
"Vive Staline !"
renoue (à côté des habituels samples) avec un rythme "viril", alors que les émanations pernicieuses de "WTC Building 7" détruisent lentement notre raison; de l'ambient industriel volontiers bruitiste qui referme en nous écrasant les nerfs cette première partie écrite par Front Sonore.

Autre univers que celui de Barbarossa Umtrunk; aller au devant de leur musique, c'est se préparer à vivre une initiation, à franchir le cercle d'une sensibilité se réclamant de divers courants ésotériques. Une ambiance qui touche presque au sacré, transcendant toujours le simple moment terrestre en lui imposant les contours d'une autre réalité, celle-ci d'ordre cosmique et hors de portée.
Ainsi l'atmosphère unique d'"Orages d'Acier", le théâtre de la Première Guerre mondiale, un homme parle, ses mots prennent un caractère obsessionnel, tout se met à tourner sur le périmètre d'un orbe symphonique relayé par une vieille chanson d'outre-Rhin alors que là-bas grondent les bombardements...
Le rituel martial se poursuit sur "Les Oies Sauvages volent vers le Nord"; spoken words et ferveur guerrière que nimbe un étouffant ressac hypnotique envoûtant et déstabilisant, vision hallucinée frappée par de froides percussions qui nous percent le crâne et fanatisent l'esprit...
Un air au croisement d'une musique folklorique et d'une BO digne d'Ennio Morricone sur "La Dernière Veille", ou quand le néofolk européen ramasse l'harmonica poussiéreux d'un feeling vaguement "western", autant d'influences nous livrant aux "7 Tours du Diable", le rituel encore, et cette sensation de voyage entre le monde des hommes et d'autres dimensions qui se poursuit, cela pour notre plus grand plaisir !

"Le Vent Divin" (une cover de Westwind), offre un aspect davantage conventionnel avec ses nombreux samples en "assauts kamikazes"; avions, explosions et lâché de bombes pour un résultat s'avérant donc moins intéressant. La relecture d'"Orages d'Acier" par Phalanx feat the White Rabbit, si elle débute plutôt bien sous les couleurs d'un soundtrack oppressant, ne propose rien d'indispensable dans sa seconde partie; le ton dominant ne s'en voit heureusement pas écorné, et "Le Siècle des Grands Abbatoirs" (dont certaines compositions figuraient déjà sur diverses compilations et enregistrements) n'en reste pas moins un split à découvrir de toute urgence !

      Gasp

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×