Barbarossa Umtrunk / Kazeria [KZ] - 72 Candles in Cairo (1904)

BARBAROSSA UMTRUNK / KAZERIA [KZ]
72 Candles in Cairo (1904)
SkullLine Records, 2009

 

 

C'est sous la personnalité emblématique et sulfureuse d'Aleister Crowley (1875-1947) que "72 Candles in Cairo" rayonne de tous ses feux mystiques, oeuvre partagée comme on aimerait en découvrir plus souvent, surprenant voyage dans les vieilles rues de la cité du Caire où en quelque lieu tenu secret le mage entra en communication avec l'entité nommée Aïfass, laquelle lui dicta Le Livre de la Loi.

Barbarossa Umtrunk, formé en 2002 par Baron S et Ra Khâ, délivre six compositions qui possèdent la force et l'intensité d'instants précieux synonymes d'ascension spirituelle et d'illumination, de transe et d'énergies mystérieuses. Dès les premières secondes d'"Astrum Argentum", les paroles incantatoires de l'énigmatique Crowley délimite le seuil d'un rituel imposant et magnétique; sur fond de percussions martiales la participation de l'écrivain, poète et ésotériste Marc-Louis Questin, fondateur de la revue La Salamandre (présent aussi sur "La Déesse verte"), développe une aura particulièrement grisante. Outre ces spoken words, relayé par un autre exercice vocal sur le très bon "Ra-Hoor-Khuit", c'est une frange magique et inaltérable qui appose une couronne sur une tête de lumière, on touche à un dépassement à travers une alchimie musicale où chaque élément obéit à un équilibre occulte : une prière, des voix ("Enochian Call"), des sonorités parfois difficilement identifiables, les rumeurs d'une nuit prise à un jeu de miroirs hallucinés ou une ambiance quasi cinématographique sur l'inquiétant "Lîla Aïssâwiyya".

Ce rendez-vous en des sphères peu communes, brillamment entamé par Barbarossa Umtrunk, se poursuit avec l'Argentin Kazeria ([KZ]), projet initié en 2008 par le dénommé [S]. Incursion dans l'obscur labyrinthe d'une foi déviante, c'est un dark ambient qui agit tel un breuvage aux effets lancinants sur le titre éponyme; teintement d'une cloche dans un lointain sinistre et crépusculaire avant le coeur hypnotique de "Black Stars of Thelema" incarné par ce tempo qui nous appelle à lui. L'approche occultiste de [KZ] s'articule sur un climat plus dense et lourd, assez oppressant et surprenant même avec ce chant féminin sur "Kalot Embolot (Chant of Heresy)" qui vous emportera en branches frissonnantes et vous déposera en offrande sur l'autel d'une invocation stellaire et spectrale, cela accordé à la "frappe" sévère d'une percu' martiale. S'achevant par le feeling plus "électronique" du menaçant et accrocheur "The Breath of C.V.R.V.N.Z.V.N", "72 Candles in Cairo" est un excellent split qui devrait ravir tout amateur de musique ambiante, rituelle et ésotérique digne de ce nom, à ne manquer sous aucun prétexte donc !

      Gasp

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×