Asmorod - Involution Toward Chtonian Depths

ASMOROD
Involution Toward Chtonian Depths
Solistitium Records, 1997

 

Né au début des années 90, Asmorod est la créature de Nicolas Faure, une entité qui avec ce premier album nous laisse entrevoir les vastes silhouettes des cités interdites. Cheminant ici avec un autre nom incontournable de la scène dark indus en la personne de Cédric Codognet, alias Sator Absentia, le duo nous invite à célébrer le terrible Cthulhu, le monstre mythique de l’écrivain Howard Phillips Lovecraft. "Involution toward chtonian depths" avance sous les vapeurs d’encens d’un dark ambient rituel convaincant et attractif ; "Poison – Tanscendance" plante immédiatement le décor avec ses percussions et ses chants incantatoires envoûtants, lesquels sont entrecoupés par des rythmiques abrasives sur "De cantico funebri". Un tempo un peu plus marqué souligne l’inquiétant "For a brighter faint light", suivi du très bon "Through oceanic calls" où une voix féminine de toute beauté et une guitare acoustique déchiffrent les mystères de l’océan ; les fans de Sator Absentia reconnaîtront le dessin vif et tourmenté d’un violon qui fait là son apparition et qui poursuit sa gestuelle enivrante sur "Ïa ! Ïa ! Cthulhu Fhtagn !". Un univers humide, suintant et caverneux peuplé de sonorités et d’atmosphères nous rappelant qu’au fond des mers, les Grands Anciens patientent depuis des millénaires en rêvant… Le rituel s’intensifie, toujours plus sombre, toujours plus profond, envahissant les ténébreux souterrains non loin desquels les vagues viennent se fracasser. "Subplutonary incubation", morceau en deux parties, entame son discours sur une lame de fond industrielle qui nous submerge avant de laisser place aux vocaux éthérés de Vanessa Hidden appuyés par une rythmique nerveuse. Un parcours magique que la seconde partie confirme d’une manière encore plus enlevée et dynamique avant que le dernier titre, assez long, n’enfouisse notre raison sous une chape ambiante inventive et cauchemardesque qui vous fera frissonner. Un opus plein de bonnes idées et de sensations fortes à découvrir ou redécouvrir en lisant, bien sûr, les récits méphitiques du Sage de Providence.

      Gasp

Sous-pages :