Allerseelen / Sangre Cavallum - Barco do vinho

ALLERSEELEN / SANGRE CAVALLUM
Barco do vinho
Ahnstern, 2006

 

 

Voici une pièce discographique bien alléchante que ce split placé sous les bannières de l’entité autrichienne Allerseelen et des Portugais de Sangre Cavallum. Hymnes de soleil et de chaleur caressant les vignobles, le vin et ces embarcations chargées de tonneaux qui glissaient lentement sur le Douro, "Barco do vinho" débute son voyage sur les motifs répétés chers à Gerhard, alias Kadmon. Ses boucles mélodiques qui déclinent les gestes identiques d’un étrange rituel n’en sont pas moins convaincantes ; cadences hypnotiques vêtues de diverses bribes sonores, comme par exemple ce violon sur "Zauberblut", le magnétisme se fait sans violence et s’accompagne de la voix de Gerhard, entre chant et spoken word (sur "Ó coração meu", c’est le chant en portugais de A. Rangel qui se pose sur la partition "mécanique" de l’Autrichien). Mis à part "Zu später stunde", titre technoïde qui ne m’a pas du tout emballé, cette première partie propose un Allerseelen certes classique mais de bonne facture.
Les quatre autres compositions nous mènent vers les belles pages de Sangre Cavallum, une néo folk ancrée au cœur d’ancestrales coutumes et où semble planer les parfums magiques de connaissances séculaires. Guitares (acoustiques et électriques), mandolines, percussions, piano, instruments traditionnels… Le riche éventail de couleurs se plaît à décrire un paysage mystérieux où passé et présent ne font qu’un ; étreinte mélodique comme une douce chaleur qui monte à la tête, nostalgie, expression authentique d’une région (le nord du Portugal) à travers ces notes et ces chants ("Rabello" par exemple, avec ses chœurs quasi mystiques), bref, pas un seul faux pas du côté de Sangre Cavallum. Nous voilà avec deux versants bien distincts et qui savent, avec talent et élégance, équilibrer l’ombre et la lumière ; "Barco do vinho" est simplement un bon disque à découvrir.

      Gasp