Chaostar : chronique du premier album

CHAOSTAR
Chaostar
Holy Records, 2000

 

 


Bienvenue sur les lignes jetées aux quatre tempêtes des perspectives vertigineuses de "Chaostar". Septic Flesh a déjà évoqué cet univers sur "A Fallen Temple", paru en 1998, Christos Antoniou en relate le drame et la beauté avec un opus qui s'impose d'emblée comme une œuvre à part. Le dark atmosphérique rencontre la musique classique contemporaine, un opéra moderne et ténébreux gravit les phases mélodiques d'une bande originale de film fantastique, des voix grondantes répondent aux vocaux altiers et délicats de Natalie Rassoulis… Je ne pense pas qu'une première écoute puisse rendre toutes les richesses de ces compositions ; il faut s'y fondre avec la patience de la sombre symphonie évoluant au gré des soubresauts de l'histoire ici développée. Menace sévère aux lèvres basses des instruments à cordes, textes en latin graves, religieux et prophétiques, des chœurs, quelques sonorités électroniques et un climat prenant qui vous fera sans doute par moments dresser les poils. C'est le rôle de ces chants froids et superbes qui habiteront longtemps vos mémoires aux heures du rêve ou de l'insomnie.
Majestueux et envoûtant, autant fragile que puissant, ce long voyage serait-il le fruit d'un nouvel Homère prénommé Christos ? Une chose est certaine, l'avenir confirmera
"Chaostar" à travers ses multiples talents ; une reconnaissance amplement méritée.

       Gasp