Beyond Sensory Experience - The Dull Routine of Existence

BEYOND SENSORY EXPERIENCE
The Dull Routine of Existence
Cold Meat Industry, 2006

 


Un artwork qui sort un peu de l'ordinaire et titille par la même occasion la curiosité, c'est pour mieux vous faire pousser la porte non pas du grand méchant loup mais de BSE, entité dont les âcres moiteurs sous-jacentes n'en sont pas moins redoutables. Les constructions sonores de K. Meizter et Drakh (MZ 412) sont détachées du monde, semblent flotter en prenant des poses malsaines entre les eaux troubles d'un dark ambient où d'obscurs recoins couvent des cauchemars muets. Lenteur oppressante laissant filtrer de graves notes de piano, quelques incursions du rythme tel un dub décharné, presque fantôme derrière un voile de poussière et de brume, des ébauches de mélodies prisonnières d'un cycle hivernal où l'existence s'écoule en quasi-immobilité, gagnée çà et là par des grésillements entonnant leur gangrène. Le ton est parfois plus ouvertement menaçant, les blessures d'un mal que l'on ne faisait que deviner se veulent davantage meurtrières et poussent l'anxiété vers l'angoisse… C'est un mauvais rêve, une langueur amniotique attendant la naissance d'un pâle soleil ; l'ennuyeuse routine de l'existence à l'heure des songes engourdis et des corps lourds, l'haleine de la mort sur les déserts gelés d'un avenir sans lendemain.

       Gasp