Barbarossa Umtrunk / Escuadron De La Muerte - Bautismo De Fuego : Le Dernier Bataillon

BARBAROSSA UMTRUNK / ESCUADRON DE LA MUERTE
Bautismo De Fuego : Le Dernier Bataillon

UFA Muzak, 2013

 



Seconde réalisation, après Distant Shores of Hvetramannaland, dédiée à la mémoire de l'écrivain et diplomate chilien Miguel Serrano (1917-2009), "Bautismo De Fuego : Le Dernier Bataillon" se présente également sous la forme d'un split que Barbarossa Umtrunk partage ici avec l'entité mexicaine Escuadron De La Muerte menée par un certain Francisco, alias Zihr Alphil.
Des floraisons morbides lézardent les brumes opaques et acides, doucement les pressions apocalyptiques délivrent une horde de mirages sinistres qui explosent en plein ciel, retentissent sur la terre, le power electronics de Escuadron De La Muerte met à sac notre système nerveux en déclenchant une série de déflagrations en chaîne éprouvante...
De l'industriel musclé donc, rejoint par ce qui pourrait se rapprocher par une tentative d'intégrer à ce maelström des sonorités vaguement orchestrales où viennent se greffer des samples "enflés" d'échos qui les rendent particulièrement efficaces !
Le Baron Von S. s'est appliqué à suivre une ligne plus «dure» sans égarer la grammaire ésotérique qui est la sienne dans un idiome sonore qui nous serait complètement étranger, même si les franges de lumière qui passent habituellement à travers le prisme de Barbarossa Umtrunk avancent ici dans l'ombre...
L'indus martial imposant de EDLM sait se montrer très convaincant, on a parfois l'impression que des mondes vont entrer en collision ("Rayos de la Destruction" par exemple), le ciel est en feu et d'étranges formes de nature "non-identifiées" le zèbrent çà et là, le temps d'une hallucination collective...

Inquiétant, lourd de menaces et rampant, "Vril-Odin" de BU a tout d'un prologue rituel où sommeille le coeur d'une énergie destructrice qui bat encore au ralenti, quant à la parure ambient martial de "L'Oasis au milieu des Glaces" (dont la version originale, ici retravaillée, figure sur "Glazial Kosmogonie"), elle nous prépare à une reprise de Burzum (un titre figurant sur "Filosofem") que le Baron Von S. déclame sur des chemins qui portent sa voix entre l'au-delà et le monde des vivants...
Sur "El Sacrificio ... Retour Victorieux !" (BU et EDLM), le Baron Von S., cette fois, crache des vocaux enfiévrés et furieux sur fond de fin des temps, ainsi se referme cette réalisation qui frôle les 75 minutes, bel objet forgé entre lave et banquise s'offrant dans un digipack au format A5 à l'esthétique irréprochable, une oeuvre abrupte et peut-être difficile d'accès mais qui partagera ses trésors enflammés avec ceux qui sauront lui prêter un esprit ouvert et une oreille attentive.

         Gasp

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×