Backworld - Holy Fire

BACKWORLD
Holy Fire

Harbinger House, 1996

 


Fondé en 1993 par l'Américain Joseph Budenholzer, lequel collabora entre autres avec Jim Thirlwell (Foetus) et Lydia Lunch (voir par exemple le double album "Matrikamantra"), Backworld propose ici un premier opus de qualité qui retient l'attention.
D'emblée, le ton s'annonce mystérieux sur "Revolution 12" : accords minimalistes de guitare acoustique, violon, samples, c'est une ambiance toute mystique qui ouvre les portes de "Holy Fire". La mélodie efficace du titre éponyme que guident les spoken words du sieur Budenholzer communique cette énergie qui sait épouser des formes plus «lointaines» et recueillies, ainsi "The Flowers of Deceit" à l'arrière-goût mélancolique.
L'instrumentation propre au néofolk se complète par la présence de percussions et d'une flûte; écoutez la première partie de "Winter Flies" où justement cet instrument orne un moment dédié à l'étrange, une sorte de rituel contemplatif que le second «mouvement» prolonge sur un fond plus orchestral mais toujours dans le même état d'esprit.
Si l'influence de Death In June ne fait par endroits aucun doute (le début de "Twisted Circle" devrait vous y faire penser), se dégage de l'ensemble une empreinte nette; guitare, clarinette et autres violons fonctionnent en harmonie avec les claviers, et des morceaux tels "The Darkness of His Smile", "The Angels of Ashes" (une reprise de Scott Walker), "Come With Joy", ou encore "The Wine That Flows" et le sentiment douloureux qui en émane ne manqueront sans doute pas de vous rendre cette réalisation attachante.

      Gasp

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×