Akhenaton - Divine Symphonies

AKHENATON
Divine Symphonies
Adipocere Records, 1995

 

 

L'histoire continue… Et pour cela Daemonium devient Akhenaton, développant ainsi la trame sur laquelle Serphanim va accomplir sa destinée. Cet opus ne surprendra pas ceux qui connaissent Daemonium, il s'agit de la formule de ce dernier étoffée avec bonheur. Toile atmosphérique où des parties épiques et symphoniques se lient afin d'engager l'auditeur sur les voies d'un univers que traversent guerriers, magiciens, entités et batailles. Théâtre sombre empreint de mysticisme et d'énergies latentes, celles-ci faisant irruption sous les foudres du black metal comme en témoigne le deuxième titre "Unutterable Verity". Ici, de tels "débordements" métalliques sont rares, dans le sens où les guitares apparaissent sur une ligne principalement soutenue par des textures orchestrales, ainsi "Remissions : The Sign of Herou". Ambiances occultes et inquiétantes ("In the Circle of Wizards / Ritual"), rythmique combative et héroïque de "Chase with the Shadows", claviers obscurs hantés par des murmures ("Cross the Styx (dance with the Souls)") ou incursion d'un feeling rock avec une voix aux accents très "néphilimiens" sur "The Kingdom of Wisdom". Sévère procession de "At the Gates of Obscurity" rejoint par l'orgue de "Final Battle (against your dark side)" glissant vers un black classique mais bien foutu. "Pharao (the Karma of the Hierophante)" referme le livre sur une note apaisée, observant néanmoins de vagues ombres indéfinies roulant loin dans les airs… Un périple hors du temps que ce "Divine Symphonies" composé par maître Akhenaton, voyage que je recommande aux curieux de tous bords.

       Gasp